Publicité
Les 10 découvertes de 2017

[1] Coup de vieux

04-01-2018

Les Amériques ont été colonisées par les humains 10 000 ans plus tôt qu’on le pensait. Parole de vieux os !

Ariane Burke, par son métier d’archéologue et de paléohistorienne, a l’habitude d’explorer le lointain passé de l’humanité. Mais récemment, en se penchant sur des ossements provenant des grottes de Bluefish, situées au nord du Yukon, c’est son propre passé qu’elle a revisité. « Ça remonte au début des années 1980, se remémore-t-elle. Je commençais mon baccalauréat en archéologie et j’avais trouvé cet emploi d’été au Yukon. J’ai participé aux fouilles et les vestiges qui proviennent de là ont une valeur sentimentale pour moi. »

Pendant cet été de découvertes, à côtoyer les mouches noires et les membres de la communauté autochtone Vuntut Gwitch’in, la future chercheuse a travaillé avec Jacques Cinq-Mars, un archéologue québécois qui fouillait les grottes de Bluefish pour le Musée canadien de l’histoire. Spécialiste de ce site, il avait observé des traces de présence humaine. « Les grottes recelaient une grande quantité d’ossements d’animaux, continue Ariane Burke. Mammouths, chevaux, caribous, bisons, ours, etc. M. Cinq-Mars avait repéré sur certains fragments des traces de découpe, indiquant que des humains étaient passés là il y a environ 24 000 ans, selon les datations effectuées. »

Or, à l’époque, le paradigme archéologique voulait que les Amériques n’aient été peuplées que 13 000 ans avant aujourd’hui, par des groupes arrivés d’Asie centrale via la Béringie, cette grande steppe qui reliait la Sibérie à l’Alaska au plus fort de la dernière glaciation, et qui est maintenant immergée sous les eaux du Pacifique Nord. Dans les colloques d’archéologie, les travaux de Jacques Cinq-Mars étaient tournés en dérision et considérés comme irrecevables, quand ce ne sont pas carrément ses compétences qui étaient mises en doute. Malgré 10 ans de débats, l’archéologue n’a jamais réussi à imposer ses théories à l’establishment. Ariane Burke ignorait à ce moment qu’elle le réhabiliterait 30 ans plus tard.

Devenue chercheuse à l’Université de Montréal, Ariane Burke accueille la doctorante Lauriane Bourgeon, en 2013, et lui confie le projet d’étudier les ossements de Bluefish. « Malgré mes nombreux projets un peu partout dans le monde, c’est une idée qui était restée dans un coin de ma tête. » Les deux femmes ont fait transporter pas moins de 34 000 fragments d’os des réserves du Musée canadien de l’histoire jusqu’à l’Université de Montréal.

Pendant les trois années suivantes, l’étudiante a examiné les morceaux d’os au microscope, un par un, à la recherche de traces laissées par des chasseurs de la dernière ère glaciaire. Et elle en a trouvées ! « Sur les 34 000 fragments, détaille Ariane Burke, 40 portaient des traces, dont 20 ont indubitablement été laissées par des humains. » Six de ces os ont alors pris la route pour être datés au carbone 14 par le chercheur Thomas Higham dans les laboratoires de la réputée université d’Oxford.

Verdict : le plus vieux des os était âgé de 24 000 ans ! Jacques Cinq-Mars avait donc raison; les humains sont arrivés en Amérique beaucoup plus tôt qu’on le croyait. La découverte a été publiée dans la revue PLOS One en janvier 2017.

Cette fois, qu’en pense la communauté scientifique ? « Le contexte est bien différent. Une nouvelle génération d’archéologues a émergé et d’autres sites plus vieux que 13 000 ans ont été trouvés à différents endroits du continent. Surtout, les paléogénéticiens qui ont étudié les génomes des Premières Nations s’entendent pour dire que ces peuples descendent de fondateurs asiatiques arrivés il y a bien plus de 13 000 ans. » La préhistoire de l’Amérique vient de prendre un coup de vieux.

Photo: JF Hamelin

Publicité

À lire aussi

Les 10 découvertes de 2017

[8] Traquer l’alzheimer

Neurosciences | Marc-André Bédard - UQAM
Nathalie Kinnard 04-01-2018
Les 10 découvertes de 2017

Au public de voter… à partir du 4 janvier!

L'édition 2017 des 10 découvertes québécoises les plus impressionnantes est lancée.
Québec Science 21-12-2017
Les 10 découvertes de 2017

[5] Les décrocheurs discrets

Psychoéducation | Véronique Dupéré et Eric Dion - Université de Montréal et UQAM
Martine Letarte 04-01-2018