Publicité
Culture

Le meilleur de la culture scientifique – juillet-août 2020

16-07-2020

Voici ce qui a retenu l’attention de notre journaliste dans le monde culturel: jeu, documentaire immersif et suggestions de livres.

Jouer

Classer, classer

Les amateurs de jeux vidéos ayant envie de faire d’un nucléotide deux coups seront ravis de rendre service à la recherche tout en s’amusant avec Borderlands Science, un contenu intégré à même le jeu Borderlands 3.

Imaginé par des chercheurs de l’Université McGill, en collaboration avec le Massively Multiplayer Online Science et le Microsetta Initiative, le concept consiste en une série de casse-têtes à résoudre afin de cartographier les bactéries du microbiote intestinal. Puisque les ordinateurs sont incapables d’organiser les données sans faire d’erreurs, les joueurs sont ainsi mis à profit pour les corriger dans un jeu rappelant un peu Tetris. Cette science participative aidera entre autres à enrichir le catalogue universel des microbes que les scientifiques du monde entier utiliseront pour trouver des traitements novateurs et mieux comprendre ce « deuxième cerveau ».

Borderlands Science, intégré à Borderlands 3

 

Voir

Derrière le champignon de Paris

Ils décomposent les corps et font place aux prochaines formes de vie ; ils soignent, nourrissent, font planer et pourraient même sauver la planète, rien de moins ! Si les champignons sont comme de petits superhéros qui n’ont pas encore leur univers Marvel, ils ont désormais leur film, Fantastic Fungi. Ce documentaire immersif est aussi ensorcelant que son sujet. On découvre comment s’étend le mycélium, ce réseau souterrain de filaments blancs formé par ces eucaryotes. Le potentiel hallucinant (et méconnu) de cet organisme est expliqué par le mycologue américain Paul Stamets et de nombreux experts. Et comme si les champignons n’étaient pas assez spectaculaires, les images en accéléré de ces beautés déployant leur jupe de dentelle et celles de leurs chapeaux ondulant au vent comme des clochettes finissent de nous convaincre que ces petites choses, qui ont survécu à plusieurs extinctions de masse, sont des êtres avec lesquels on a tout intérêt à frayer. Sauf pour ce qui est des espèces toxiques, bien sûr…

Fantastic Fungi, par Louie Schwartzberg, en ligne sur fantasticfungi.com. En anglais.

 

Lire

Toujours dans la Lune

Quelle intense période historique que celle de la conquête de l’espace quand les Soviétiques et les Américains se livraient une chaude lutte pour la première place sur le podium de l’exploration spatiale. La science vivait alors de glorieux moments et tout semblait possible. Dans son documentaire jeunesse La course à l’espace : de Spoutnik à l’alunissage et au-delà, la maison d’édition La Pastèque s’assure de transmettre à une nouvelle génération cet important chapitre de notre histoire. Il revient sur les épisodes marquants − tragédies, succès, échecs − qui se sont déroulés entre la création des premières fusées il y a 800 ans et celle de la Station spatiale internationale. Ham le chimpanzé, John Glenn et les fusées iconiques n’auront plus de secret pour les jeunes, à qui l’on parle ici comme à des adultes. Les superbes illustrations rétro de Paul Daviz immortalisent les évènements dans ce livre qui, pour un jeune public, ne lésine pas sur les détails.

La course à l’espace : de Spoutnik à l’alunissage et au-delà, par Clive Gifford et Paul Daviz, La Pastèque, 64 p.

 

Remède aux jours gris

Que vous soyez pharmacien de profession ou que vous aimiez flâner dans les pharmacies à la recherche d’un remède aux petits et grands maux, Nouvelle ordonnance : quatre siècles d’histoire de la pharmacie au Québec est une prescription qui vous fera du bien. L’essai illustré remonte le cours de l’histoire pour raconter l’origine de la profession. On fouille la pharmacopée amérindienne et l’on découvre les rares apothicaires venus s’établir en Nouvelle-France. On y revient sur les rivalités avec les médecins, ainsi que sur les nombreuses lois régissant le contrôle des médicaments. On suit également les multiples réformes de l’enseignement et du corpus scolaire des futurs pharmaciens. Et puisque l’auteure Johanne Collin, sociologue et historienne, n’a pas été avare de détails, qu’elle sait communiquer avec dextérité, les curieux apprendront des faits surprenants sur les pratiques discutables, les potions obscures et l’essor des femmes dans la profession.

Nouvelle ordonnance : quatre siècles d’histoire de la pharmacie au Québec, par Johanne Collin, en collaboration avec Denis Béliveau, Les Presses de l’Université de Montréal, 404 p.

 

Petits et grands bonheurs d’occasion

Si Québec Science est aux premières lignes pour vous informer sur la COVID-19 depuis le début de la pandémie, son équipe a franchement besoin de se changer les idées une fois la journée de travail terminée ! Pour vous inspirer à votre tour, voici les petits bonheurs culturels (liés de près et d’un peu moins près à la science) qui nous ont fait l’effet d’un bon bain chaud.

Émilie Folie-Boivin : Je commence ! Mon refuge a été la conquête de l’espace, qui a procuré tellement d’émotions fortes dans les années 1960. Dans le livre Apollo 8 (2018), le journaliste scientifique Jeffrey Kluger revient sur les exploits incroyables des premiers astronautes envoyés autour de la Lune. Il avait déjà montré, avec Apollo 13 (1994), son doigté pour livrer des récits exaltants. Il récidive en servant moult détails excitants, au sol comme en orbite, sur cette première mission vers la Lune où le retour de l’équipage était loin d’être assuré. Et puisque derrière chaque astronaute se trouve une femme qui lui permet de briller, The Astronaut Wives Club (2014), de Lily Koppel, donne la parole aux conjointes des pilotes de l’époque Mercury et Apollo. Un document précieux, truffé de confidences sur la vie domestique, les amitiés, les rivalités et les jeux de coulisses.

Marie Lambert-Chan : Les personnages de Toute la lumière que nous ne pouvons voir, d’Anthony Doerr (2015), la lecture du moment de notre rédactrice en chef, sont des chercheurs dans l’âme. Il y a Werner, un adolescent allemand qui maîtrise les ondes électromagnétiques comme pas un, qui sera recruté par la Wehrmacht bien malgré lui. Et il y a Marie-Laure, une jeune aveugle française dont le père est le serrurier du Muséum national d’histoire naturelle à Paris. « À travers eux, on arrive à voir la beauté du monde, même si ce dernier s’écroule. »

Marine Corniou : Une fort intrigante fiction a attiré l’attention de notre journaliste : Le bal des folles, un roman de Victoria Mas sur la façon dont on internait les femmes « hystériques » (dont les filles violées, les rebelles et celles qui étaient épileptiques) dans un hôpital parisien au 19e siècle. Une fois par an, on costumait ces « folles » et l’on invitait la haute société à venir les côtoyer à l’occasion d’un bal. « Une réflexion intéressante sur le rapport entre les médecins, hommes tout-puissants, et leurs patientes vulnérables qu’on donnait en spectacle au nom de la science. »

Annie Labrecque : « Les monstres, est-ce que c’est de la science ? » demande à la blague notre journaliste Web et gestionnaire des médias sociaux. Après s’être enfin mise à la série Stranger Things, elle a plongé dans l’imposant roman graphique Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, d’Emil Ferris. Une jeune fille enquête sur le suicide de sa voisine dans cette bédé intense et dense.

Mélissa Guillemette : Deux beaux livres pas du tout récents sont lus en rotation chez notre journaliste, à la demande de ses deux petits loups : Antarctique (1997), de Mike Lucas, et Le Saint-Laurent : beautés sauvages du grand fleuve, d’Annie Mercier et Jean-François Hamel (2000). « Le récit des différents stades de vie des icebergs et la découverte des organismes des profondeurs de l’estuaire sont assez reposants ! » Aussi sur sa table de chevet : La philosophie à l’abattoir, de Jean-François Labonté et Christiane Bailey. « Les enjeux moraux autour du bacon me font penser à autre chose qu’au virus… et aux questions éthiques à son sujet. »

Natacha Vincent : Dans la chaumière de notre directrice artistique, la famille se réunit autour de Trivia Crack, un divertissant jeu-questionnaire sur tablette. Il permet de se muscler le cerveau dans six catégories (dont la science) et l’on peut même faire équipe avec ses copains ou disputer une partie contre grand-maman qui habite dans la ville d’à côté.

Publicité

À lire aussi

Culture

Humour et science, une réaction exothermique aux Lundis HI HI

Une bande de joyeux passionnés a réussi à faire mentir ceux qui pensent que l’humour et la science ne peuvent former qu’un mélange hétérogène.
Culture

Une sortie bien spatiale

Fidèle à sa mission de nous faire voir le monde à travers la science, l’histoire et l’art contemporain, ce petit trésor qu’est le Musée régional de Rimouski nous présente une lumineuse programmation.
Culture

Des suggestions culturelles pour s’occuper l’esprit

Nous avons regroupé quelques suggestions pour s'évader l'instant d'un balado, d'un bon documentaire ou à la suite d'une lecture divertissante.