Publicité
Technologie

De la maison à la ville connectée

04-10-2017

Une maison intelligente qui anticipe vos besoins, c’est possible ! En tout cas, ça l’est déjà pour 200 étudiants de l’École de technologie supérieure (ÉTS), à Montréal, qui vivent désormais dans des résidences connectées.

Cent chambres ont ainsi été équipées de systèmes qui mesurent et contrôlent le chauffage, en plus de la consommation d’eau et d’électricité des étudiants.
Le concept de maison connectée fait parler de lui depuis plusieurs années. C’est un milieu de vie intelligent qui s’adapte aux habitudes de ses occupants. Par exemple, la maison éteint les lumières si personne ne se trouve dans une pièce, coupe l’eau en cas de fuite ou module le chauffage selon les allées et venues des occupants. Bref, on automatise toutes les tâches quotidiennes répétitives et on réduit du même coup le gaspillage.

L’ensemble des dispositifs « communiquent » entre eux (détecteur de présence, chauffage, lumière, etc.) sans intervention humaine. « C’est ce qu’on appelle l’Internet des objets », explique Antoine Langevin, étudiant à la maîtrise au laboratoire Synchromédiade l’ÉTS d’où est issu ce projet dont les objectifs dépassent la maison connectée. En effet, les appartements des résidences sont reliés entre eux grâce à leur connexion au même réseau d’Internet des objets, un peu comme le seraient les maisons et les commerces d’une ville intelligente. Ainsi, sous la direction du professeur Mohamed Cheriet, le laboratoire teste les retombées environnementales et économiques générées par cette « ville » étudiante connectée.

Le laboratoire Synchromédia travaille également sur des appareils électroménagers qui évaluent le meilleur moment pour se déclencher afin d’émettre le moins de gaz à effet de serre possible.

Les chercheurs de l’ÉTS emboîtent ainsi le pas à quantité de compagnies qui planchent sur des objets connectés à usage domestique : un réveil qui consulte l’état de la circulation pour sonner à l’heure idéale, une machine à laver qui commande du savon lorsque les réserves sont basses ou un réfrigérateur qui propose des recettes en fonction de son contenu ! Loufoque ? Peut-être, mais tout cela pourrait bien, un jour, faire partie de notre quotidien.

 

Publicité

À lire aussi

Technologie

Le GPS nuit au sens de l’orientation

Recourir à l’excès à un GPS rend certaines parties du cerveau impliquées dans l’orientation paresseuses, rapporte une étude britannique.
Maxime Bilodeau 03-08-2017
Technologie

ÉTS: Tout pour l’innovation

L’ÉTS anticipe les besoins de l’entreprise. Celles qui naissent, celles qui mutent…
Benjamin Tanguay 04-08-2014
Technologie

Le moteur gagne

Les résultats du prix du public Québec Science Découverte de l'année 2012
Québec Science 27-02-2013