Publicité
Technologie

Des puces pour le cerveau faites à Québec

24-11-2016

Les puces électroniques qui ont déjà été implantées dans le cerveau de patients paralysés dans le but de les entraîner à contrôler un robot d’assistance ou leur fauteuil sont « avec fils ». Un professeur du département de génie électrique de l’Université Laval, Benoit Gosselin et la compagnie Doric Lenses ont conçu une puce similiaire, mais miniaturisée et sans fil … pour les souris.

Ces puces permettent d’étudier le fonctionnement du cerveau des souris 24 heures sur 24. « Quand on leur met un appareil classique monté sur un petit jacket [rattaché à la puce qu’ils ont dans le cerveau], elles essaient de s’en débarrasser », explique le professeur Gosselin. D’où l’intérêt de créer une puce sans fil. « Mais la quantité de données que l’appareil peut émettre reste un défi. »

Précisons que cette puce a aussi la capacité de stimuler le cerveau grâce à une fibre optique qui excite les neurones.

Pourrait-on utiliser cette puce sans fil pour les patients paralysés ? « On aimerait la miniaturiser davantage et la rendre plus compatible avec l’humain éventuellement », précise le professeur.

Avec une puce, on obtient une meilleure information qu’avec un casque qui détecte les ondes cérébrales. « On peut dire quels muscles la personne veut stimuler et à quelle intensité », explique son collègue Christian Éthier, qui compte certainement utiliser la puce pour ses souris au Centre de recherche de l’Institut universitaire en santé mentale de Québec.

Lire tout notre dossier Le pouvoir du mental.

Publicité

À lire aussi

Technologie

Réalité virtuelle: une machine à empathie?

Des chercheurs évaluent si les expériences de réalité virtuelle peuvent susciter de la compassion.
Québec Science 22-09-2016
Technologie

Une approche différente du génie

En misant d'abord sur la formation technique, l'ÉTS a fait naître une nouvelle génération d'ingénieurs. Et une équipe de chercheurs très pragmatiques.
Benjamin Tanguay 04-08-2014
Technologie

Drone des mers

C’est grâce à un drone aux allures de torpille que les archéologues subaquatiques de Parcs Canada vont explorer le site du naufrage de l’Empress of Ireland, cet été. Une première.
Simon Coutu 21-05-2014