Publicité
Technologie

La révolution numérique, un mythe?

26-10-2016

En 2012, Christian Poirier, professeur-chercheur à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), et son équipe rendent publique une étude sur les pratiques culturelles des jeunes Montréalais. Leur conclusion? Le numérique complexifie les rapports qu’entretiennent les ados et les jeunes adultes avec la culture. Quatre ans plus tard, que reste-t-il de ce vaste chantier? Entretien avec un véritable passionné d’arts et de culture.

Explosion des services de vidéos sur demande comme Netflix, apparition de la réalité augmentée par l’entremise de Pokémon Go, montée en popularité de nouveaux réseaux sociaux comme Snapchat; bien de l’eau a coulé sous les ponts depuis le dévoilement des résultats de votre étude en 2012. Ses résultats sont-ils toujours actuels ?

Pour l’affirmer, il faudrait refaire l’étude de A à Z ! Le scientifique que je suis ne peut pas prétendre que ses conclusions s’appliquent toujours. Par contre, je crois qu’elles indiquent des tendances dominantes – l’attachement aux supports physiques, l’importance de la transmission familiale de la culture, une forte citoyenneté culturelle – lesquelles, hormis quelques nuances, sont encore bien présentes aujourd’hui. Et ce n’est pas l’apparition de nouveaux médiums qui changera ça.

Vous ne vous rendez donc pas au discours omniprésent selon lequel nous vivons actuellement une révolution numérique ?
Non. Laissez-moi vous raconter une histoire : à quatre ans et demi, mon fils est parfaitement à l’aise devant un ordinateur, ou avec une tablette; bref, dans les environnements numériques. En ce sens, il est à des années-lumière de ma propre situation à son âge.

Par contre, il est tout aussi à l’aise devant un bon vieux livre de papier ou dans les bibliothèques qu’il fréquente. Ce que je veux illustrer, c’est que, malgré les avancées technologiques, des éléments de continuité demeurent. D’ailleurs, j’aime dire que nous vivons dans un monde de mutations plutôt que de révolution numérique.

Pourtant, vous affirmez dans votre étude que la télévision traditionnelle est en perte de vitesse auprès des jeunes. N’est-ce pas là le début de la fin pour elle ?
Nous sommes prompts à annoncer la mort de certaines manières de consommer la culture lorsque des avancées technologiques émergent. Par exemple, saviez-vous qu’on a annoncé la mort du cinéma lorsqu’il est devenu sonore, puis quand il est passé à la couleur et encore quand il est entré en concurrence avec les VHS, les DVD et l’écoute en ligne ?

Pourtant, rien de tel ne s’est produit. La vérité, c’est que les sociétés ne se transforment pas du jour au lendemain. Il y a des évolutions, des mutations et des éléments de continuité.

Vous avez été invité à présenter vos conclusions aux quatre coins du Québec ainsi qu’en France et en Belgique. Le milieu culturel a donc accueilli votre étude avec intérêt.
Mieux que ça; il s’est approprié les résultats ! Depuis 2012, plusieurs régions, par l’entremise du Réseau des conseils régionaux de la culture, ont entrepris de mener des chantiers avec leurs acteurs culturels et d’autres intervenants issus des milieux associatif, communautaire et corporatif.

Ainsi, des réflexions sur la citoyenneté culturelle, sur la participation aux arts et à la culture, ainsi que sur une manière commune d’alimenter la future politique culturelle du gouvernement du Québec ont été tenues partout dans la province.

Récemment, un rapport de synthèse de ces rencontres a été produit. Comme scientifique, je trouve extrêmement valorisant de voir les résultats de nos recherches déborder notre sphère, nous échapper.

Photo: Pixabay

Cet article fait partie d'un supplément réalisé en collaboration avec le réseau de l'Université du Québec.  

Publicité

À lire aussi

Technologie

C’est officiel: en 2020, les robots auront leurs Jeux Olympiques

Les robots japonais ont probablement déjà commencé leur entrainement: en 2020, leur pays accueillera les premiers JO pour robots.
Marine Corniou 06-10-2016
Technologie

Voilà comment on imprime un immeuble

Des chercheurs du MIT proposent de se servir de l'impression 3D pour construire un immeuble.
Québec Science 28-04-2017
Technologie

Le bruit d’essaim de la formule E

Quel bruit fera la course de Formule E, le 29 juillet prochain? Celui d'un essaim d'abeilles...
Daniel Bastien 19-05-2017