Publicité
Technologie

Le bitcoin, ce gouffre énergétique

29-03-2018

La monnaie virtuelle bitcoin consomme autant d’électricité, à l’échelle mondiale, que 1,2 million de Québécois. 

Les ordinateurs derrière le bitcoin – cette monnaie numérique, anonyme et décentralisée – utilisent plus de 20 térawattheures (TWh) d’électricité par année. C’est autant que ce que le barrage hydroélectrique La Grande-3 produit, ou que 100 millions d’ampoules consomment. Et toute cette énergie n’est pas propre.

Cette estimation provient de New Energy Finance, une division du groupe financier Bloomberg. Elle est calculée en considérant une forte demande pour le bitcoin, comme c’était le cas vers la fin de 2017. « Ces chiffres sont très difficiles à évaluer, commente Michel Berne, économiste à l’Institut Mines-Télécom en France. Toutefois, même si on divise ces estimations par trois ou par quatre, la consommation en électricité du bitcoin reste énorme. »

En fait, il est si énergivore que, en janvier, la Chine a fait comprendre aux « mineurs », c’est-à-dire les individus ou les entreprises qui valident les transactions de bitcoins sur le réseau, qu’ils n’étaient plus les bienvenus au pays. Les autorités sont inquiètes de la consommation d’énergie engendrée par le bitcoin, mais aussi de l’instabilité de son cours. Jusqu’à récemment, les trois quarts des mineurs étaient établis en Chine, où l’électricité est bon marché et provient majoritairement de centrales au charbon. Plusieurs entreprises songent maintenant à se relocaliser; et plusieurs s’intéressent à l’hydroélectricité québécoise.

Monnaie virtuelle, conséquences réelles

Toutes les transactions effectuées avec des bitcoins sont consignées dans un registre virtuel hautement sécurisé appelé la « chaîne de blocs ». « Elle permet aux utilisateurs du bitcoin de s’entendre sur l’état des comptes de tout le monde, sans devoir faire confiance à une institution centrale, comme une banque par exemple », explique Alain Tapp, professeur d’informatique à l’Université de Montréal. Chaque nouvelle transaction soumise au réseau est validée par l’entremise d’un calcul informatique long et ardu, effectué par les mineurs. Le premier qui découvre la combinaison adéquate obtient 12,5 bitcoins – une rétribution qui valait 300 000 $ en décembre 2017. Cette étape du protocole empêche que des tricheurs ne modifient le registre à leur guise. Cependant, elle transforme le réseau en un véritable gouffre énergétique parce qu’il faut répéter le calcul un nombre astronomique de fois avant de trouver la solution, d’où l’importante consommation d’électricité. « Le bitcoin est une technologie incroyable, mais ses conséquences environnementales sont graves », déplore Michel Berne.

Pierre-Luc Quimper, cofondateur de Bitfarms, connaît cette chanson. L’entreprise établie au Québec, qui emploie près d’une centaine de personnes, est l’un des plus gros mineurs en Amérique du Nord. M. Quimper tient à alimenter ses centrales informatiques avec de l’énergie propre. Il reconnaît que la province est attrayante pour les mineurs chassés de Chine : l’électricité y est à bon prix et les températures y sont relativement froides, ce qui diminue les besoins en climatisation des salles de serveurs. Il convient que la grande consommation d’énergie du bitcoin est un « enjeu important » qui pourrait même provoquer un glissement vers d’autres monnaies virtuelles moins gourmandes en électricité. « Chose certaine, nos installations sont polyvalentes et pourront s’adapter aux changements. »

Assurément, la question de l’énergie pousse à la réflexion. «On a tendance à dématérialiser toutes nos activités, en croyant que c’est meilleur pour l’environnement. Peut-être pas, remarque Michel Berne. Ces technologies ont souvent des contraintes cachées qu’on ne voit pas lors de leur conception.»

Pour sa part, Alain Tapp croit que la consommation électrique du bitcoin est insoutenable, que l’énergie soit renouvelable ou pas. « On demande aux gens de brûler de l’argent, avance-t-il. Vous pouvez appeler ça de l’électricité ou des ressources informatiques, mais c’est de l’argent ! » Selon lui, d’autres cryptomonnaies pourraient régler ce problème structurel. L’avenir du bitcoin s’annonce sombre…

Publicité

À lire aussi

Technologie

Voici pourquoi une imprimante 3D est un bon investissement

L'achat d'une imprimante 3D peut se transformer en un retour sur investissement frôlant 1000 % sur une période de cinq ans.
Maxime Bilodeau 16-02-2017
Technologie

La réalité augmentée pour former les médecins

CAE Santé a lancé le premier simulateur d’accouchement à utiliser la réalité augmentée de Microsoft Hololens pour former le personnel médical à faire face à des scénarios d’accouchement problématiques.
Marine Corniou 26-01-2018
Inventions de l'année,Technologie

Serise: Super bogie

Les wagons de train de marchandises se laissent tirer par les locomotives. Mais ils pourraient jouer un rôle plus actif, grâce à un module de traction autonome pour bogie, ce chariot sous le véhicule ferroviaire.