Publicité
Technologie

L’histoire derrière l’écran

19-09-2013

Toutes sortes de machines à calculer se sont succédées, du milieu du XIXe siècle jusqu’au milieu du XXe, pour arriver à ce qu’on pourrait considérer comme un ordinateur. En fait, c’est à peu près impossible d’en désigner un inventeur, même si l’anglais Charles Babbage et son fils Henry ont été les premiers à concevoir des calculatrices mécaniques dont descendent sans nul doute nos ordinateurs actuels.

Les calculatrices programmables à cartes de la fin des années 1930 sont très proches des gros ordinateurs à tubes électroniques des années 1960 qui interprétaient des données à partir de programmes au départ très simples, puis de plus en plus complexes. Ces ordinateurs étaient à la fois des calculatrices et des interpréteurs logiques d’une suite d’actions conditionnelles à prévoir, selon que le choix à l’étape précédente était oui ou non. Mais les tâches complexes nécessitaient d’énormes machines dont la puissance informatique d’alors tiendrait pourtant, aujourd’hui,
dans une puce minuscule.

L’ENIAC, construit par l’université de Pennsylvanie pour l’armée états-unienne en 1944 et 1945, est habituellement considéré comme le premier ordinateur électronique et numérique. Il était composé de 19 000 tubes à vide et de 1 500 relais. Sa mission était de calculer les tables balistiques pour les militaires.

Les changements technologiques majeurs qui ont mené à la conception de l’ordinateur personnel sont de deux sources: l’invention et la miniaturisation du transistor en 1947, suivie de sa commercialisation au début des années 1950.

Les transistors sont des composants électroniques qui servent d’interrupteurs dans les circuits logiques, en plus de stabiliser, moduler ou amplifier un signal électrique. Plus les tâches informatiques se complexifiaient, plus il fallait de transistors. Aussi leur miniaturisation est-elle rapidement devenue nécessaire.

Afin de faciliter les choses, on a opté pour le microprocesseur, une puce électronique qui renferme un maximum de transistors. Alors que le premier microprocesseur d’Intel, le 4004, ne comportait que 2 300 transistors en 1971, le Pentium IV en comptait 42 millions en 2001 et le Core 2 Quad de 2006 en renfermait 582 millions. En 2012, l’Intel Core i7 Sandy Bridge-E a atteint le nombre record
de 2,27 milliards de transistors pour un microprocesseur d’ordinateur. Pourtant, quelques mois plus tard seulement, le processeur graphique GK 110 de Nvidia en comportait 7,1 milliards! C’est quand même impressionnant qu’on puisse en introduire des milliards dans un espace plus restreint que celui qu’occupait le premier transistor!

Parallèlement aux processeurs, la mémoire d’ordinateur, les supports de sauvegarde des données et les autres composants électroniques ont aussi évolué rapidement. Les avancées technologiques ont permis de produire de la mémoire moins chère, d’une capacité de plus en plus grande; de passer de l’enregistrement des données analogiques sur bande magnétique à l’enregistrement des données numériques sur des disques durs de plus en plus rapides et dont la capacité a crû de manière exponentielle.

Lire la suite dans notre numéro d’octobre 2013

Image: Novosti/SPL

Publicité

À lire aussi

Technologie

Avec les exosquelettes, l’humain deviendra-t-il bionique?

Les exosquelettes, armatures à caractère futuriste, commencent à conquérir l’industrie et la médecine… Seront-ils à la hauteur de leurs promesses?
Sylvie St-Jacques 16-05-2019
Technologie

Les fermes solaires flottantes poussent en Chine

La Chine vient d’actionner l’interrupteur de la plus grande centrale solaire flottante au monde – du moins, pour l’instant.
Maxime Bilodeau 08-06-2017
Technologie

La science futuriste d’Expo 67

Expo 67, c'était bien plus que La Ronde! La science et les technologies y brillaient.