Publicité
Technologie

Des pirates retrouvent des personnes disparues

08-01-2019

Photomontages : QS ; Shutterstock

Des hackers glanent de l’information éparpillée aux quatre coins du Web pour retrouver des personnes disparues.

La lutte est serrée entre les 65 équipes qui s’affrontent en ligne. Les Blue Team Ninjas caracolent en tête du classement avec 9 705 points, talonnés de près par les Cyborg Bandits, qui en ont obtenu 7 610. Le pointage peut grimper vite, à coup de 100 points pour une adresse courriel, voire 400 pour une série de photos. Chaque information a une valeur définie en fonction de sa capacité à faire avancer l’enquête en cours : retrouver une véritable personne disparue.

Bienvenue à la toute première partie organisée par l’association à but non lucratif Trace Labs, nouvellement fondée. La compétition présentée à l’occasion de la conférence de hackers DEFCON Toronto, tenue en juillet 2018, est structurée comme un jeu. À l’aide de logiciels de « minage » de données comme Carrot2 et Maltego, qui permettent d’effectuer des recherches très poussées, les participants dénichent de l’information publique en ligne dans le but de mettre la main sur la cible. « Seule une fraction des gens qui disparaissent font l’objet de recherches sérieuses entreprises par la police », explique Robert Sell, fondateur de Trace Labs, qui est aussi membre d’un groupe de recherche et de sauvetage traditionnel (qui fouille forêts et cours d’eau) en Colombie-Britannique.

Les statistiques tendent à lui donner raison. En 2017, 78 035 personnes, surtout des enfants (61 % des cas), ont été portées disparues au pays, selon la Gendarmerie royale du Canada. Du nombre, environ 500 le sont toujours. « Les forces de l’ordre ne disposent pas du temps et des ressources nécessaires pour mener des enquêtes à partir d’informations en libre accès. Pourtant, ces dernières ont le potentiel de conduire à l’endroit où se trouvent ces gens », assure celui qui travaille en sécurité informatique depuis 20 ans.

Justement, à la rencontre torontoise, deux individus ont été retrouvés – l’un a été repéré dans un réseau de prostitution, alors que le second avait refait sa vie dans une autre ville.

Collaboration avec la police

Dans l’imaginaire populaire, le pirate informatique est nécessairement un être malicieux. Pourtant, les contextes de piratage se sont multipliés au cours des dernières années, fait valoir Éric Parent, président et fondateur de Logicnet/EVA-Technologies, une firme spécialisée en sécurité informatique. « Les activités qui mettent le piratage à l’honneur proposent désormais des compétitions dont les cibles sont des entreprises qui souhaitent améliorer leurs mécanismes de défense informatique », souligne-t-il. Trace Labs s’inscrit dans cette tendance ; c’est une manière pour le moins originale de joindre l’utile à l’agréable, puisque des prix sont remis aux équipes gagnantes.

Depuis juillet dernier, Trace Labs a organisé d’autres parties semblables à celle de Toronto, notamment dans le cadre du DEFCON Vegas et du Hackfest 2018, présenté en novembre à Québec. La chance n’a toutefois pas souri aux participants : aucun disparu n’a été retrouvé à l’occasion de ces deux compétitions.

Néanmoins, l’ensemble des informations récoltées a été remis aux forces de l’ordre. « Contrairement à des groupes qui opèrent sur des bases semblables aux nôtres, mais qui se posent en justiciers, nous travaillons en partenariat avec la police. C’est elle qui nous désigne des cas, elle est ensuite libre de faire ce qu’elle veut avec le fruit de notre recherche », affirme Robert Sell.

La preuve : les 400 membres de Trace Labs n’ont aucune idée de ce qui est advenu des deux personnes retrouvées au cours de la DEFCON Toronto. « Ça va au-delà de nos préoccupations. »

Publicité

À lire aussi

Technologie

Adapter les infrastructures routières au climat nordique

Au Québec, les précipitations de neige et de pluie avoisinent les 1 000 mm. La température peut varier de 20°c en une seule journée. Le climat pèse lourd sur les infrastructures routières.
Québec Science 25-09-2012
Technologie

Voilà comment on imprime un immeuble

Des chercheurs du MIT proposent de se servir de l'impression 3D pour construire un immeuble.
Québec Science 28-04-2017
En partenariat avec l'Université du Québec
Technologie

L’essor fulgurant du sport électronique

Des millions de spectateurs regardent des tournois de jeux vidéos  sur le web ou dans des stades remplis à craquer. Qu’est-ce qui explique cet engouement ? 
Annie Labrecque 15-11-2018