Publicité
Technologie

Réalité virtuelle: une machine à empathie?

22-09-2016

Difficile de ne pas avoir une boule au ventre en visionnant The Displaced. Ce film de 11 minutes, réalisé par le New York Times Magazine et la compagnie de production Vrse.works, et présenté au Centre Phi l’été dernier, suit trois enfants qui ont fui leur maison en raison de la guerre: une Syrienne, un Ukrainien et un Sud-Soudanais. Produit avec des caméras de réalité virtuelle, le documentaire nous plonge carrément dans leur misère.

Depuis toujours, le cinéma, la littérature et les reportages ont cette faculté de nous faire ressentir ce que les personnages vivent. Mais la réalité virtuelle serait plus efficace. «Le sentiment de présence permet de susciter beaucoup plus d’empathie qu’à travers un média traditionnel», explique David Paquin, professeur à l’UQAT.

Il a d’ailleurs un projet sur sa table à dessin: une visite des communautés autochtones du Québec. «On veut se servir du virtuel pour que les gens soient plus sensibles à leur réalité. On peut habiter Rouyn-Noranda et ignorer que, juste à côté, dans la réserve de Lac-Simon, c’est le tiers-monde.»

La méthode a fait ses preuves. Même les psychopathes éprouvent de l’empathie dans un environnement de réalité virtuelle. Ce n’est pas peu dire! En effet, le professeur Paquin a conçu des contenus pour une équipe de l’Institut Philippe-Pinel, qui voulait mesurer le niveau de compassion des personnes en examinant leur activité cérébrale.

Ils ont confronté des délinquants violents à un avatar d’eux-mêmes gémissant de douleur. «Chez certains prédateurs, ça a été le premier contact avec l’empathie», raconte David Paquin. L’équipe espère arriver à entraîner des patients qui n’en éprouvent que peu, ou même pas du tout, à enfin ressentir de la compassion.

Tout un lot d’applications est imaginable. Une étude a déjà révélé que voir un avatar de nous-mêmes à 65 ans nous pousse à économiser pour la retraite. D’autres chercheurs et entrepreneurs veulent faire découvrir au public ce que c’est que d’être handicapé ou encore de souffrir de maladie mentale ou de migraines.

Quant aux vidéos comme The Displaced, elles peuvent certainement sensibiliser les donateurs, les politiciens et les représentants des Nations unies.

Photo: The Displaced

Publicité

À lire aussi

Technologie

ÉTS: Clubs et défis

C’est en forgeant (des prototypes) qu’on devient… ingénieur.
Benjamin Tanguay 04-08-2014
Technologie

Voici une encre à base de bactéries!

Des ingénieurs ont imprimé des bactéries en 3D, qui s'allument en réponse à différents stimuli.
Marine Corniou 08-12-2017
Technologie

Le robot-araignée, futur aide-chirurgien?

Ce robot-araignée pourrait bien un jour aider les chirurgiens à suturer une plaie.
Annie Labrecque 04-09-2018