Publicité
Technologie

Souvenirs d’arcade

22-05-2013

La salle principale du Musée de la civilisation ressemble à une arcade. Sauf que, au lieu de se trouver dans un petit local sombre au fond d’un centre commercial, on est dans une immense pièce blanche et lumineuse, aménagée de façon conviviale. Toutes les meilleures consoles de jeu, depuis l’Atari jusqu’à la XBox 360, y sont réunies. Si elles sont sous vitrine, les visiteurs s’en donnent tout de même à cœur joie, manette d’origine entre les mains, grâce à un simulateur informatique qui reproduit fidèlement l’image sur l’écran – parfois cathodique pour plus de vraisemblance. «Les consoles ne supporteraient pas les 500 000 à 600 000 visiteurs attendus lors de cette exposition», explique Monique Lippé, chargée de projet pour Une histoire de jeux vidéo.

Ce sont 80 jeux et plus de 300 objets associés (pochettes, cassettes, affiches, etc.) qu’on a regroupés selon un ordre chronologique dans cette exposition initialement présentée au Grand Palais de Paris. «Le jeu c’est un thème qui est dans l’air du temps», affirme Mme Lippé. Le fait que la première géné­ration d’uti­li­sa­teurs de jeux vidéo a main­tenant elle-même des enfants n’est peut-être pas étran­ger à l’opportunité de l’événement. D’ailleurs, les visiteurs sont souvent des gens dans la trentaine accompagnés de leur progéniture. Et c’est bien le but. L’exposition est destinée à tout public. En plus des jeux, des objets exposés et des vignettes explicatives, des guides-animateurs apportent de l’information supplémentaire et facilitent la circulation. On ne veut pas que ça bouchonne à Mario Kart…


À l’origine, dans les années 1950-1960, les jeux vidéo servaient surtout à démontrer les capacités des ordinateurs. Mais la miniaturisation des années 1970 a permis à l’industrie de se développer en tant que divertissement. Les jeux vidéo ont évolué rapidement. Pong, ce jeu populaire dans les années 1970 où deux raquettes se renvoyaient une bal­le virtuelle sur un écran cathodique, a été remplacé au début des années 1980 par des jeux en couleur, dont le fameux Pac-Man. La décennie suivante a vu naître les consoles Nintendo – avec le célèbre plombier Mario – et SEGA. Puis, le pixel art des années 1990 a permis de créer des effets de profondeur. Aujourd’hui, les images sont à haute définition et on a même ajouté la détection de mouvement avec la console Wii ou le périphérique Kinect.

«De plus en plus, les musées font l’acquisition d’artéfacts de jeux vidéo, explique Monique Lippé, parce qu’ils font partie de l’histoire contemporaine. Le Musée de la civilisation en a acquis, comme le musée d’art contemporain de New York.» Ainsi, au centre de l’exposition Une histoire de jeux vidéo, on retrouve un espace incitant à réfléchir sur l’impact de ces jeux. Des entrevues avec des entrepreneurs et des créateurs d’ici (Beenox, Ubisoft, Frima, etc.), ainsi que des scientifiques qui étudient le phénomène, sont projetées sur des écrans. «Des conférences et des tables rondes seront aussi présentées en marge de l’exposition, notamment pour comprendre les nouvelles tendances qui se dessinent dans ce monde avec Bruno Guglielminetti», dit Monique Lippé. Une exposition ludique, donc, mais aussi une réflexion sur l’évolution technologique.

Une histoire de jeux vidéo, Musée de la civilisation, du 24 avril 2013 au 16 mars 2014.  www.mcq.ca

Publicité

À lire aussi

Technologie

Le bitcoin, ce gouffre énergétique

La monnaie virtuelle bitcoin consomme autant d’électricité, à l’échelle mondiale, que 1,2 million de Québécois.
Alexis Riopel 29-03-2018
Technologie

Soyez prudent, lâchez le volant!

Neuf accidents sur 10 sont causés par une erreur humaine. Pour rendre les routes plus sûres, des experts prônent l’automobile sans conducteur.
Catherine Girard 26-12-2012
Technologie

Géoingénierie : manipulateurs de climat

Des ingénieurs de Harvard veulent bloquer artificiellement les rayons du Soleil afin d’abaisser la température. Une initiative qui en fait sourciller plus d’un.
Laurie Noreau 29-06-2017