Publicité
Technopop

L’évolution (pas si drôle) du LOL

15-11-2018

Image: Pixabay

Le LOL fait désormais partie de notre vocabulaire. Mais traduit-il correctement votre pensée?

Combien de fois par jour textez-vous un LOL (laughing out loud) ? Moi, jamais. Ces trois lettres ne semblent jamais exprimer complètement mon sentiment. J’aime en revanche le lire dans les messages des autres et me demander ce que mon interlocuteur a vraiment voulu dire.

Si le LOL servait il y a quelques années à exprimer son amusement ou son hilarité, il n’est que rarement usité dans ce sens en 2018.

Dans le flux de la conversation, il sert plutôt à montrer que l’interlocuteur est attentif, comme on dirait « Hum, hum! » Il est également devenu un signal d’empathie entre deux personnes, soit le signe que vous avez lu et reconnu le message.

C’est aussi un moyen d’injecter un peu de légèreté, de la même manière que vous pourriez lâcher un petit rire ou faire un clin d’œil à votre vis-à-vis. Il arrive en outre que le terme soit employé de façon sarcastique, voire ironique, et qu’il vise à souligner l’absence totale d’hilarité. Mais le rire à gorge déployée? Plus vraiment, non.

Écriture informelle

Manifestement, les connotations associées au LOL semblent être aussi uniques que les personnes les utilisant.

Le mot « LOL » figure dans l’édition 2013 du Petit Robert et est reconnu depuis 2011 par le dictionnaire Oxford English. Le LOL est même sorti de nos écrans pour se prononcer à voix haute. Nos (plus jeunes) amis français disent parfois « J’ai LOLé ».

Comment un acronyme de trois lettres a-t-il pu devenir un verbe conjugué à toutes les sauces : paresse numérique ? fainéantise linguistique ? Je ne crois pas. J’ai beau ne pas y recourir, je dois reconnaître que le LOL a sa place dans notre vocabulaire parce que, d’une certaine façon, envoyer un texto, c’est « écrire comme on parle ».

Il fut une époque où écrire à quelqu’un était un acte codifié ; cela consistait à prendre du papier et un crayon avec toutes les implications grammaticales et orthographiques que cela comportait. De nos jours, la communication informelle est institutionnalisée. On peut écrire à quelqu’un sans avoir peur de briser les règles.

Certains appellent ça l’appauvrissement de la langue. Au contraire, j’aime voir le tout comme une évolution, une communication plus accessible qui rapproche les gens. N’est-ce pas cela la base d’Internet: faire tomber les barrières ?

Publicité

À lire aussi

Technopop

Un médicament qui vous surveille

Big Brother sera bientôt offert sous forme de comprimé pour vous surveiller… de l’intérieur.
Catherine Mathys 04-01-2018
Technopop

Courriel, je t’aime, je te hais

Cessons de nous leurrer. Vider la boîte de réception entièrement est une utopie. Certains téméraires y parviennent parfois, mais ce n’est qu’une question d’heures avant que le compteur affiche à nouveau des dizaines de courriels non lus.
Catherine Mathys 15-02-2018
Technopop

IA: À l’école du bien et du mal

Des armes autonomes qui ciblent un ennemi et le combattent sans intervention humaine' C'est possible.
Catherine Mathys 04-09-2017