Publicité
Technopop

La science à la sauce Facebook

23-05-2018

Les pages plus populaires incluent celles des médias traditionnels comme National Geographic (près de 46 millions d’abonnés), mais aussi celles de médias nés sur le Web, comme I Fucking Love Science (près de 26 millions d’adeptes), et de personnalités publiques comme le vidéaste Hachem Al-Ghaili (8,4 millions d’abonnés) ou le regretté Stephen Hawking (3,9 millions d’abonnés). Le Pew Research Center a voulu mieux comprendre cet engouement. Pendant 6 mois, il a analysé 30 pages Facebook liées à la science, celles comptant parmi les plus suivies.

Alors, Facebook est-il une bonne source d’information pour nourrir l’esprit scientifique ? Oui et non. Les pages de science les plus populaires ont bien compris les rouages de ce média social et produisent davantage de statuts visuels avec peu ou pas de textes. Le rapport note aussi que seulement 3 messages sur 10 portent sur de nouvelles découvertes (comme celle d’un nouvel organe humain, vous avez vu passer ça ?), et 2 messages sur 10 concernent de nouvelles pratiques (on est toujours curieux de savoir si on possède les traits de personnalité d’un psychopathe…).

Ainsi, ce n’est pas parce que la page se dit « scientifique » qu’on y trouve de la véritable science. Quatre des 15 statuts les plus populaires sur des pages Facebook personnelles ou organisationnelles proposaient des conseils ou des citations inspirantes : « Prenez soin de vos amis » ou encore, « Croyez en vous-même ». À ce stade, peut-on encore parler de science ?

Néanmoins, ces données aident à comprendre comment le public trouve son information scientifique en ligne et rappelle l’importance de diversifier ses sources pour avoir un portrait plus complet et, surtout, plus crédible de la science. Si les citations inspirantes se partagent bien, elles n’aident en rien la formation d’une pensée critique en la matière.
Twitter n’est pas en reste. C’est le réseau préféré de certains médias et personnalités scientifiques. C’est le cas de l’astrophysicien Neil deGrasse Tyson et du vulgarisateur scientifique Bill Nye. Idem pour la NASA et Popular Science, qui aiment bien gazouiller. Bref, le buffet scientifique est ouvert un peu partout sur le Web, mais il revient à nous de consommer de façon équilibrée.

Photo: Pixabay

Publicité

À lire aussi

Technopop

Comment faire lire les ados? Grâce à des app!

De nouvelles applications proposent des histoires racontées à l'aide de textos qui défilent à l’écran, le tout accompagné de vidéos, de fichiers audios et même d’interactivité en temps réel avec l’utilisateur. Que doit-on en penser?
Chloé Freslon 25-02-2019
Technopop

Ce que les mots disent de nous

Les algorithmes utilisés dans les systèmes d’intelligence artificielle dépendent des données avec lesquelles ils sont programmés. Or, celles-ci contiennent parfois des biais sociaux que ces systèmes contribuent à renforcer.
Catherine Mathys 18-07-2018
Technopop

Hé Google, dis-moi quoi écrire!

Quand Gmail offre des phrases toutes faites pour répondre à nos courriels, qui devient le véritable auteur de ces messages?
Chloé Freslon 28-03-2019