Publicité
Technopop

Les accumulateurs du Web

03-07-2019

Image: Linda Xu/Unsplash

Il existe un terme pour qualifier les gens qui n’arrivent pas à se débarrasser de tout type de fichiers numériques: les accumulateurs compulsifs numériques.

J’ai une confession à vous faire: je suis une personne de contradictions. Alors que j’adore effacer des courriels de ma boîte de réception, je ne supprime aucune photo de mon cellulaire, pas même celles qui sont ratées. Pour qualifier les gens qui, comme moi, n’arrivent pas à se séparer de leurs photos, mais aussi de tout type de fichiers numériques, il existe un terme: accumulateur compulsif numérique (ou digital hoarder).

Cette expression aurait été utilisée pour la première fois en 2015 à propos d’un Néerlandais qui prenait plusieurs milliers de photos par jour sans jamais les utiliser ni les regarder.

Sur Internet, et particulièrement sur Reddit, il existe des communautés d’accumulateurs compulsifs numériques. Ils échangent des conseils sur la création de serveurs de données à la maison ou tentent de trouver des sites d’hébergement performants meilleur marché. Ils publient même des photos de leurs disques durs ! Cela peut sembler étrange, mais ne les jugeons pas trop vite. Il ne s’agit pas d’amasser pour amasser. La fierté de ces communautés réside dans leur capacité à traquer des fichiers rares, comme des manuels de jeux vidéos disparus.

Pourquoi s’accrocher à des fichiers numériques? Les raisons varient de la pure paresse à l’anxiété de se débarrasser de quoi que ce soit, explique Nick Neave, directeur d’un groupe de recherche sur l’accumulation numérique à l’Université Northumbria, au Royaume-Uni. Mais le motif le plus souvent évoqué est la possibilité que ces fichiers se révèlent un jour utiles. Vérité ou fantasme, on ne le saura jamais ! Dans tous les cas, bien des accumulateurs finissent par souffrir de leur encombrement: il leur cause du stress, sans parler de potentiels problèmes de cybersécurité.

À qui la faute ? Aux plateformes comme Google Drive qui nous incitent à y stocker nos fichiers à un prix dérisoire. Et quand ça déborde, au lieu d’effectuer un grand ménage, on préfère payer davantage d’espace. C’est d’ailleurs ce que j’ai dû faire récemment.

En raison de leur immatérialité, il est facile d’oublier toutes ses données… et les centres qui les abritent. Ceux-ci consomment plus de deux pour cent de l’électricité mondiale et émettent à peu près autant de CO2 que l’industrie aérienne. Peut-être qu’un petit nettoyage s’impose?

Publicité

À lire aussi

Technopop

Hé Google, dis-moi quoi écrire!

Quand Gmail offre des phrases toutes faites pour répondre à nos courriels, qui devient le véritable auteur de ces messages?
Chloé Freslon 28-03-2019
Technopop

La résurrection de la techno rétro

Pourquoi se met-on à acheter des objets anciens, lourds, au rendu modeste, comme des Walkman et des Polaroids, alors que notre monde est rempli d’objets techno au design moderne, légers, qui rentrent dans les poches de nos jeans moulants et compatibles avec toutes nos autres bébelles électroniques?
Chloé Freslon 29-05-2020
Technopop

Ma surdose de vidéoconférences

Être en vidéoconférence, c’est comme être sur scène. Plusieurs visages nous regardent en permanence. Il y a une pression de devoir «bien agir» sans jamais se relâcher.
Chloé Freslon 27-08-2020