Publicité
Encyclo

Belles et dangereuses

29-11-2017

photo: kikkerdirk@depositphotos

Elles sont rouge vif, vert fluo, orange pétant. Elles sont toutes petites et toutes mignonnes. Mais ne te laisse pas duper; les grenouilles de la famille des Dendrobatidae sont plus dangereuses qu'elles ne paraissent. Elles sécrètent du poison par la peau !

Longues de 2 à 6 centimètres seulement, ces petites grenouilles colorées d'Amérique du Sud vivent sur le sol des forêts tropicales humides. Elles se nourrissent d'insectes et d'autres arthropodes qui contiennent des alcaloïdes, c'est-à-dire des molécules contenant un atome d'azote. Ces grenouilles ont la capacité de séquestrer ces alcaloïdes et de les modifier chimiquement pour qu'ils deviennent un poison: la batrachotoxine. Elles sécrètent ensuite cette toxine par de petites glandes de leur peau.

Lorsqu'un prédateur s'aventure à croquer l'une de ces petites grenouilles, il le regrette assez rapidement. Le goût est très désagréable et une irritation des muqueuses de la bouche est immédiate. Si l'animal avale quand même sa proie, la toxine une fois dans le sang peut affecter le fonctionnement du coeur et celui du système nerveux central. Chez certaines espèces de Dendrobatidae, les concentrations sont suffisantes pour causer la mort. C'est le cas par exemple de la bien nommée Phyllobates terribilis, dont un seul individu contient assez de poison pour causer la mort de 10 à 20 humains adultes. La toucher du doigt est suffisant pour causer une sensation de brûlure pendant plusieurs heures.

Habituellement, le prédateur survit à sa collation et s'en remet. Mais sois sûr qu'il ne s'y fera pas reprendre. Dorénavant, la vue de ces petits êtres colorés lui rappellera sa désagréable expérience et suffira à lui enlever l'envie de les attraper. C'est d'ailleurs la raison de la coloration vive de ces animaux: c'est un avertissement ! Ne me touchez pas, je suis dangereuse ! Pas besoin de camouflage quand on est si toxique.

Les amérindiens qui peuplent l'Amérique du Sud savent tirer parti de ces petites grenouilles. Ils enduisent la pointe de leurs flèches du poison de leur peau et utilisent ces flèches empoisonnées pour la chasse afin d'augmenter leur efficacité. Si la flèche n'atteint pas une partie vitale, le poison se charge quand même de neutraliser la bête.
 

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Pergélisol : un autre obus climatique ?

Le sol gelé depuis des millénaires est en train de dégeler. Toute la matière organique qu'il contient se décompose et est libérée sous forme de GES... plus vite qu'anticipé!
Québec Science 22-07-2019
Encyclo

Pas trop de pétrole !

Du pétrole, on n’en aura pas toujours ! On prévoit même que d’ici une centaine d’années, il n’y en aura plus du tout sur la Terre. Il faudra alors trouver d’autres solutions.
Québec Science 08-05-2014
Encyclo

De la sorcellerie à la réalité

Les poisons existent réellement, sous des formes extrêmement variées. N’importe quelle substance qui affecte les fonctions vitales de l’organisme est considérée comme un poison. Ainsi, des substances aussi différentes que les venins d’animaux, la nicotine, les pesticides, l’eau de Javel et les gaz d’échappement entrent dans la catégorie des poisons.
Québec Science 08-05-2014