Publicité
Encyclo

Ils rongent le métal!

23-06-2016

Ils piquent notre langue, rongent les métaux, nettoient notre linge ou encore notre vaisselle… Les acides et les bases sont partout, chez les espèces vivantes comme dans le monde minéral, sans oublier ceux fabriqués par l'industrie!

L’acidité d’une solution se mesure par le potentiel d’hydrogène (pH), c’est à dire sa capacité à céder ou à capter un ou plusieurs ions d’hydrogènes (H+). La valeur du pH est comprise entre 0 et 14. Si une solution a un pH inférieur à 7, elle est acide, elle cède facilement ses H+; s’il est supérieur, elle est alors basique, elle a tendance à capter les H+. Dans l'eau pure, le pH est égal à 7 : il est qualifié de « neutre ».

Dans les organismes vivants, il est important de conserver un pH constant. Même chose pour la terre où grandissent les plantes ou encore l’eau des piscines. Par exemple, notre sang a un pH autour de 7,4. Lors d’un marathon, le manque d’oxygénation accompagnant l’effort durable va acidifier notre organisme en produisant de l’acide lactique à partir du glucose, et donc réduire le pH sanguin, c’est pourquoi on ressent de douloureuses courbatures dans nos muscles!

Mais on sait aussi tirer parti des nombreuses propriétés moléculaires des acides et des bases. Les acides peuvent dissoudre de nombreux produits. Les acides gastriques de ton estomac par exemple, décomposent les aliments que tu avales. Les bases ont plutôt un goûtamer, totalement différent de celui des acides, et sont particulièrement efficaces contre la crasse de toute nature. C'est la raison pour laquelle on les retrouve fréquemment dans les produits de nettoyage comme les savons, les liquides pour la vaisselle, ou encore les lessives. L’hydroxyde de sodium, par exemple, est particulièrement efficace pour déboucher les drains de douche bouchés par tes cheveux!

Il est toujours surprenant de voir une pièce de monnaie plongée dans l’acide chlorhydrique concentré (HCl) finir par disparaitre en émettant des petites bulles. Les molécules de HCl en solution se dissocient en ions H+ et Cl-. Ce sont les ions H+ qui sont responsables du sort de la pièce de monnaie. Ils se combinent en solution pour former du H2, c’est-à-dire du dihydrogène gazeux, d’où l’apparition de bulles! Mais qu’advient-il des fameuses charges positives des ions H+ et, surtout, comment cela conduit-il à la dégradation du fer présent dans la pièce de monnaie? C’est justement ce fer qui capte les charges positives, il se décompose alors en ions ferreux Fe2+! La pièce de monnaie ne disparait pas vraiment, en fait elle se solubilise dans la solution, comme du simple sel dans l’eau!

Sur le même sujet :

Rien ne se perd, rien ne se crée.
 

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Tirer à blanc

Au cours des quatre dernières décennies, la quantité de spermatozoïdes dans le sperme des occidentaux a chuté de 60%. Court-on vers la catastrophe? Et à qui la faute?
Québec Science 04-08-2017
Encyclo

Discrets et souterrains

Ni animaux, ni plantes, les champignons sont un règne à part. On y trouve le plus grand organisme vivant de la planète!
Québec Science 29-07-2016
Encyclo

Un coin de paradis

Même dans les déserts les plus arides, l’eau n’est pas totalement absente. Dans certaines régions, il y en a même assez pour qu’une végétation abondante puisse subsister. Au beau milieu du désert, ces régions que l’on nomme « oasis » ressemblent à de petits coins de paradis au beau milieu de l’enfer.
Québec Science 09-05-2014