Publicité
Encyclo

Le bois qui pleure

08-05-2014

Le caoutchouc n’a jamais été inventé. Ce sont plutôt les peuples de l’Amérique centrale et de l’Amérique du Sud qui l’ont d’abord découvert dans des plantes plusieurs centaines d’années avant notre ère. La plus connue de ces plantes est l’hévéa, un arbre originaire d’Amérique du Sud. Son nom indien « cahutchu » signifie « bois qui pleure ». Il fait référence à son mode de récolte particulier qui rappelle celui de l’eau d’érable.

En effet, selon cette méthode traditionnelle, on entaille le tronc de l’arbre à caoutchouc. En très peu de temps, un liquide blanc s’écoule, le latex. En ajoutant une solution légèrement acide au latex recueilli, les particules de caoutchouc en suspension coagulent, un peu comme du lait caille en présence de jus d’orange par exemple. On filtre ces particules, ce qui donne le caoutchouc cru. Ce dernier subira ensuite d’autres transformations, dont la vulcanisation, avant de devenir utilisable.

La Seconde Guerre mondiale (1939-1945) a rendu l’approvisionnement en caoutchouc naturel difficile pour certains pays. La fabrication artificielle du caoutchouc est alors devenue nécessaire. Heureusement, on comprenait déjà alors la structure du caoutchouc, ce qui a permis d’en produire en laboratoire, à partir de dérivés du pétrole.

Le caoutchouc est un polymère. Cela signifie que les molécules qui le composent forment de longues chaînes, un peu comme une série de longs colliers enchevêtrés. Grâce aux techniques de chimie modernes, on assemble ainsi de longs « colliers chimiques » de caoutchouc synthétique possédant les mêmes propriétés que le caoutchouc naturel.

Élastique et résistant, le caoutchouc entre depuis longtemps dans la production de toutes sortes d’objets, de la gomme à effacer jusqu’aux vêtements imperméables en passant par les pneus de voiture. Aujourd’hui toutefois, la majorité de ces objets sont faits de caoutchouc synthétique, même si l’on retrouve toujours du caoutchouc naturel. Comme quoi la nature fait quand même bien les choses !

Publicité

À lire aussi

Encyclo

L’homme du futur

Coloniser Mars ou fusionner les cerveaux et les ordinateurs… rien n’est trop ambitieux pour l’entrepreneur visionnaire qu’est Elon Musk.
Québec Science 23-06-2017
Encyclo

Un petit animal aux grandes oreilles

Le fennec, ou renard des sables, ressemble vraiment à un petit renard avec de très grandes oreilles. Son corps mesure entre 36 cm et 41 cm, sa queue entre 18 cm et 30 cm, et ses oreilles plus de 15 cm. En fait, chaque oreille est presque aussi grande que sa face !
Québec Science 09-05-2014
Encyclo

Les races n’existent pas

Le concept de race, s'il peut s'appliquer à ces animaux d'élevage, ne peux pas être utilisé pour l'humain. Génétiquement parlant, nous sommes tous trop semblables.
Québec Science 05-09-2016