Publicité
Encyclo

Les bossus du désert

08-05-2014

Le chameau et le dromadaire se ressemblent énormément. En fait, on considère le dromadaire, d’Arabie et d’Afrique du Nord, comme étant une variété de chameau à une seule bosse (le chameau de Bactriane, asiatique, en a deux). On nomme d’ailleurs aussi le dromadaire chameau d’Arabie. Pour ce qui est du reste, les deux animaux possèdent à peu près les mêmes caractéristiques extraordinaires qui leur permettent de survivre dans le désert.

Contrairement à la légende populaire, les bosses des chameaux ne contiennent pas d’eau liquide, mais bien des réserves de graisse. Ils puisent dans ces réserves lorsqu’ils manquent d’eau ou de nourriture. Ils ne se déshydratent pas facilement : les chameaux peuvent perdre 30 % de leur eau sans être vraiment incommodés. Pour éviter les pertes, ils ont la capacité d’arrêter leur transpiration et leurs urines sont très concentrées. Dès qu’ils en ont l’occasion (souvent pas avant quelques semaines !), ils récupèrent les pertes en buvant une énorme quantité d’eau. Un chameau déshydraté peut boire 130 litres en 10 minutes !

De nos jours, presque tous les chameaux sont des animaux domestiques. Ils vivent en compagnie des hommes du désert et leur rendent d’immenses services. Ils servent d’abord de moyen de transport ; leur endurance et leur robustesse leur permettent de transporter des charges très lourdes sur des distances considérables. Ils supportent des températures aussi élevées que 50 °C. De plus, l’homme utilise les poils que les chameaux perdent l’été pour faire des tissus et des cordages. Même son crottin est utile : il sert de combustible. Enfin, la viande et le lait des chameaux servent à la nourriture.

Sur le même sujet :

Que le plus adapté gagne !

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Des chiffres qui chantent

Pour pouvoir enregistrer la musique sur support numérique, il faut d’abord la traduire dans la langue des ordinateurs : le code binaire. Cette drôle de langue n’est pas faite de lettres, mais de chiffres : des 0 et des 1.
Québec Science 08-05-2014
Encyclo

La magie des bulles lavantes

Quand on y regarde de plus près, chaque molécule de savon possède deux extrémités. L’une est attirée par les molécules d’eau et s’y accroche ; on dit qu’elle est hydrophile. L’autre extrémité de la molécule de savon est au contraire hydrophobe : elle a « peur » de l’eau et s’en éloigne, mais elle adore les molécules de graisse auxquelles elle s’attache sans difficulté.
Québec Science 11-05-2014
Encyclo

La face cachée de la Lune

Le diamètre de la Lune est presque quatre fois plus petit que celui de la Terre, mais la Lune s’observe si facilement qu’on pourrait penser la connaître sous toutes ses coutures. Pourtant, la Lune est bien discrète et nous présente toujours la même face. Même par une belle nuit de pleine lune, on ne voit que la moitié de la surface de notre satellite.
Québec Science 08-05-2014