Publicité
Encyclo

Tirer à blanc

04-08-2017

Des pouponnières vides, des écoles désertes, des parcs silencieux. Une société sans enfants est au bord de l’effondrement, et la population vieillissante panique devant l’absence de relève. Un scénario d’horreur qui a maintes fois été utilisé dans les romans et au cinéma. Décidément, la stérilité fait peur. Mais nous ne sommes peut-être pas si loin de la fiction…

Une analyse récente de 185 études combinées a mené des chercheurs à une conclusion alarmante : le nombre de spermatozoïdes compté dans la semence des hommes occidentaux a chuté de 60% au cours des 38 dernières années, se rapprochant dangereusement du seuil minimal nécessaire à la fécondation d’un ovule.  Pour être fertile, un homme doit produire au moins 15 millions de spermatozoïdes par millilitre d’éjaculation. Or, la moyenne est passée de 99 millions à 47 millions par millilitre. Et selon les chercheurs, le déclin se poursuit.

Les données ont été récoltées dans 50 pays chez près de 43 000 hommes qui n’éprouvaient pas de doutes particuliers quant à leur fertilité. L’étude n’est pas parfaite pour autant: même si de nombreux biais potentiels comme l’âge des participants et le temps écoulé depuis la dernière éjaculation ont été inclus dans les analyses, le mode de vie et l’état de santé n’ont pas pu être pris en compte. La tendance reste néanmoins préoccupante, d’une part pour son impact sur les taux de natalité, d’autre part parce qu’un faible nombre de spermatozoïdes est associé à un risque de mortalité élevé. Pourquoi ?

L’Humanité court-elle à sa fin? Pour le savoir, il faudrait d’abord déterminer les causes de ce phénomène, qui sont pour le moment inconnues. On soupçonne plusieurs facteurs, dont lobésité, la cigarette, les pesticides et même le stress. En attendant que les scientifiques trouvent le problème, fait gaffe à tes bijoux de famille !

Publicité

À lire aussi

Encyclo

Connaissez-vous le grolar ?

Son nom peut faire sourire, mais tu ne souhaites pas le rencontrer dans la nature. Fruit du croisement entre un grizzly et un ours polaire, le grolar possède les dimensions et la puissance impressionnantes de ses parents.
Québec Science 08-02-2019
Encyclo

Une si importante portance

La portance dépend de plusieurs facteurs : la surface des ailes (il faut qu’elles soient assez grandes), l’angle d’attaque du vent sur l’avion (l’appareil ne doit pas être trop penché), ou encore la vitesse de l’avion (s'il ne va pas assez vite, il n'aura aucune portance).
Québec Science 11-05-2014
Encyclo

Un ennemi virulent

Le virus du sida est responsable à ce jour de plus de 39 millions de morts ! Comment envahit-il l'organisme ? Comment lutter contre ce virus tueur ?
Québec Science 10-07-2015