Publicité
Professions

Ingénieur en mécanique

17-06-2014

Que ce soit dans l’industrie spatiale ou les transports, dans les secteurs de l’énergie ou du bâtiment, l’ingénieur en mécanique participe à la création de nouveaux produits ou améliore ceux qui existent déjà.

Sur l’écran de son ordinateur, il peut concevoir une aile ou un moteur d’avion, un train d’atterrissage ou la forme d’un élément de carrosserie. Il étudie ensuite les contraintes que subira ce système mécanique : résistance de l’air, température, frottement, etc. Après de savants calculs, il établit la forme et les dimensions de chacun des éléments pour qu’ils résistent à toutes ces conditions !

Il peut aussi concevoir des machines automatisées qui fabriquent des moteurs, faire de la recherche et du développement ou même gérer une usine. Son champ d’action est tellement vaste que l’ingénieur en mécanique est en demande dans la majorité des industries au pays. Si les technologies évoluent si vite, c’est en partie à cause de lui !

Journée type

Une journée dans la vie de Michel

9 h. Comme à son habitude, Michel prend connaissance de ses courriels. Tiens, une convocation à une réunion, plus tard dans la semaine, concernant la revue de design d’un nouveau simulateur pour le Global 7000, un nouveau jet d’affaires de Bombardier.

Un autre message lui vient de l’équipe qui vérifie un simulateur sur le point d’être livré à un client. On lui demande une précision sur le fonctionnement du moteur au démarrage, question à laquelle il répond immédiatement. Puis ça se complique un peu…
Un courriel est arrivé des Émirats Arabes Unis, où une autre équipe de CAE a été dépêchée pour procéder à l’installation d’un simulateur d’un Airbus A320. Le client n’est pas satisfait de la réaction du moteur dans le cas d’un impact avec un oiseau en plein vol (oui, oui, il arrive que des oiseaux foncent dans les moteurs d’avion !). Considérant le décalage horaire, il faut réagir sans tarder !

Michel replonge dans le programme, réussit à trouver le bobo et fait la correction nécessaire, teste le tout dans un laboratoire, et met en ligne une nouvelle version du logiciel que l’équipe sur le terrain récupérera par Internet.
Il se rend par la suite dans la salle de réunion, où il se joint à quelques collègues pour participer à une téléconférence avec la compagnie Pratt & Whitney, qui va leur fournir les données manquantes sur les changements qu’elle apportera à son modèle de turbosoufflante PW1500G, un nouveau moteur qui propulsera par exemple les nouveaux avions de la CSeries de Bombardier.

Après avoir cassé la croûte, près des fenêtres où il regarde les avions passer (un vrai mordu !), Michel s’installe sur un simulateur de Boeing -787. Il doit développer une nouvelle fonctionnalité qui permet à l’instructeur d’ajuster la sévérité des défaillances pour satisfaire au scénario d’entrainement des pilotes.
Ce faisant, il constate que le moteur continue à tourner même lorsque l’on ferme le disjoncteur, le dispositif qui stoppe le courant en cas de pépin. Une erreur qu’il corrige tout de suite dans son programme, avant d’inscrire ce changement dans la procédure de tests qui sera remise au client.

Quand c’est fait, il utilise le temps qu’il lui reste pour entreprendre une nouvelle simulation sur un contrôleur électronique de la valve qui régira l’entrée d’essence dans le moteur d’un Bombardier CSeries.
Michel travaille sur les avions, mais il n’a pas le temps d’avoir la tête dans les nuages !

Études

Sur les bancs d’école…
Michel Dubé a obtenu son diplôme de l’Université Laval en 2001, et travaille chez CAE depuis.

Au cégep :
DEC en sciences, lettres et arts (2 ans) ou DEC en sciences de la nature (2 ans)
(il faut avoir réussi certains cours de mathématiques, physique, chimie et biologie)

ou

un DEC en technique de génie mécanique ou en technique de construction aéronautique (3 ans), qui donne aussi accès au baccalauréat en génie mécanique

À l’université :
Plusieurs universités offrent le baccalauréat en génie mécanique.

• École de technologie supérieure (ÉTS)
• Polytechnique de Montréal
• Université Concordia
• Université Laval
• Université McGill
• Université de Sherbrooke
• Université du Québec à Chicoutimi (UQAC)
• Université du Québec à Rimouski (UQAR)
• Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT)
• Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR)

Et après ?
Ce ne sont pas les possibilités qui manquent ! La grande diversité des fonctions et des tâches de l’ingénieur en mécanique, combinée aux sphères très variées de l’industrie qui font appels à ses services, lui ouvrent les portes d’employeurs comme : l’Agence spatiale canadienne, Bell, Bombardier, Hydro-Québec, IBM et, pourquoi pas, la NASA ! Le tout, c’est d’être motivé et d’aimer les sciences et la technologie !

Publicité

À lire aussi

Professions

Éthologue

« Pourquoi le chat se frotte-t-il l’oreille ? » Est-ce que ça lui pique ? Est-ce pour se laver ? Sans le savoir, un enfant qui observe son chat joue parfois à l’éthologue.
Québec Science 09-09-2011
Professions

Physicienne en photonique

La lumière peut découper des matériaux par des lasers puissants, transporter de l'information dans des fibres optiques, créer des hologrammes qui servent à authentifier des cartes de crédit...
Québec Science 22-05-2014
Professions

Dentiste

De la poussée de la première dent, à la pose d’une prothèse en passant par l’éruption des dents de sagesse, il n’y a pas d’âge pour consulter. Les dentistes voient défiler devant leurs yeux plus de 1000 bouches par année !
Québec Science 31-08-2015