Publicité
Edito

Québec Science, 50 ans Votre passeport pour 2050

21-09-2012

Lorsque Québec Science a commencé son périple, sous le nom de Jeune scientifique, en 1962, la classe scientifique québécoise vivotait. À peine 500 étudiants sortaient chaque année des universités avec en poche un baccalauréat en sciences ou en génie. Depuis, les choses ont beaucoup changé. Des milliers de chercheurs œuvrent aujourd’hui dans des centaines de laboratoires au Québec.

La science est même devenue un moteur économique plus important que l’agriculture, si on considère son apport à
notre produit intérieur brut.

Imaginons alors le chemin qui pourra être parcouru dans les 50 prochaines années. Afin d’en avoir une idée, nous avons rencontré les jeunes chercheurs et chercheuses – la science s’écrit aussi au féminin, ce qui était loin d’être le cas en 1962 – qui s’affairent à améliorer notre santé, à maîtriser l’extraordinaire potentiel que nous offre l’intelligence artificielle, à concrétiser le développement durable ou à dompter les forces cachées de la matière.

La centaine de scientifiques qui sont interviewés dans nos pages ont tous (ou presque) moins de 40 ans. Avec eux, nous avons identifié 50 défis qui modèleront le visage de notre société d’ici 2050.

Ce numéro, nous ne l’avons pas voulu nostalgique ni passéiste. Il est au contraire une fenêtre ouverte sur le futur en plus d’être un hommage à la créativité et à l’intelligence, qui sont les ressorts de la démarche scientifique.

Cette édition spéciale est aussi notre 500e numéro (bien compté!). Il témoigne d’un étonnant parcours pour un média que des dizaines de milliers de lecteurs et de lectrices, de scientifiques et de collaborateurs ont adopté, lu, aimé, à un moment ou à un autre de notre histoire. Nous ne pouvons que leur dire merci!

Publicité

À lire aussi

Edito

Le savoir et l’argent

La politique va s'inviter dans la rentrée scolaire 2012.
Raymond Lemieux 01-07-2012
Edito

Des souris et des WEIRD

En biomédecine et en psychologie, les cobayes se suivent... et se ressemblent un peu trop. Il est grand temps d’y injecter de la diversité.
Edito

Du courant sur le circuit

Ça vrombit au royaume clinquant et chromé des Grands prix de Formule 1. Un bon show? Certes! Mais aussi un véritable laboratoire d’ingénierie
Raymond Lemieux 14-05-2015