Publicité
Environnement

Des variétés de café en danger

16-01-2019

En Éthiopie, production de de café avec la forêt en arrière-plan. Photo: Emily Garthwaite

Les changements climatiques pourraient bien menacer un élément-clé de notre rituel matinal: le café.

Des chercheurs britanniques (Royal Botanic Gardens, University of Nottingham et Queen Mary University of London) s’inquiètent du risque élevé d’extinction des espèces de caféiers sauvages, dans une étude publiée dans Science Advances.

D’abord, clarifions un point: ces espèces sauvages ne sont pas celles qui nous fournissent en caféine. Mais leur disparition mettrait en péril la survie des cafés commerciaux arabica et robusta (respectivement Coffea arabica et Coffea canephora), les deux espèces qui représentent la presque totalité du café consommé dans le monde. Ces dernières font face à un «nombre croissant de périodes de sécheresse ainsi qu’à la propagation plus rapide de champignons pathogènes» qui attaquent les plants, un résultat des changements climatiques.

C’est là que les espèces sauvages pourraient être utiles; elles suscitent d’ailleurs l’intérêt depuis quelques années. Certaines pourraient avoir une plus grande tolérance à la sécheresse et une meilleure résistance aux ravageurs et aux maladies. En les croisant avec les arabica et robusta, des variétés mieux adaptées aux changements climatiques pourraient émerger.

Jusqu’à ce jour, 124 espèces de caféiers sauvages ont été répertoriées, mais plusieurs ont été peu étudiées, affirment les chercheurs britanniques. En analysant plusieurs collections de matériel génétique et les aires protégées, ils ont constaté «qu’au moins 60% de toutes les espèces de café sont menacées d’extinction, 45% ne sont détenues dans aucune collection de matériel génétique, et 28% ne semblent pas être présentes dans une aire protégée».

À partir des données disponibles, les chercheurs ont évalué les risques d’extinction de Coffea arabica. En prenant en compte l’effet des changements climatiques sur les cultures, les projections pour cette espèce passent d’un statut de «peu préoccupant» à «en danger».

Ce n’est pas la première fois que des scientifiques relèvent la perte de diversité des caféiers. En 2017, cet article publié dans Nature Plants s’intéressait aussi à la question.

>>> Cet article pourrait aussi vous intéresser :  L’odeur du café rend meilleur en maths

 

 

Fruits du café Arabica. Photo: Aaron Davis, RBG Kew

Le marché du café

Selon l’Organisation internationale du café, le café est l’une des boissons les plus bues à travers le monde et représente un marché de plusieurs milliards de dollars. On consommerait 9 millions de tonnes de café chaque année d’après le département de l’Agriculture des États-Unis.

 

 

 

Publicité

À lire aussi

Environnement

Héritage indésirable dans le secteur de l’autoroute Bonaventure

Le grand ménage des eaux souterraines contaminées dans le secteur de l'autoroute Bonaventure, à Montréal, a débuté il y a quelques mois. Une visite s'imposait.
Alice Mariette 25-05-2018
Environnement

Pour des villes à échelle humaine

Des villes à échelle humaine… Ce concept, qui occupe les urbanistes depuis des décennies, est au cœur du plus récent ouvrage de Jan Gehl, un architecte danois qui compte une cinquantaine d’années d’expérience. Le professeur Gérard Beaudet a analysé son livre.
Québec Science 15-02-2013
Environnement

Plus de feu dans la cheminée?

Chaleureux, rassembleur, romantique… mais polluant! Le poêle à bois, roi des hivers québécois, serait-il condamné? Rassurons-nous, la technologie vient à sa rescousse.
Maxime Bilodeau 25-11-2015