Publicité
Environnement

Des sols plus propres grâce aux saules, aux champignons et aux bactéries

05-04-2018

En procédant à l’analyse génétique du microbiome racinaire des saules, des chercheurs montréalais démontrent que les champignons et les bactéries collaborent afin de dépolluer des terrains contaminés.

En Amérique du Nord, il y aurait pas moins de 400 000 sites contaminés, qui coûteraient des millions de dollars à dépolluer avec les méthodes traditionnelles.

La phytoremédiation, plus écologique et économique, est une autre technique. Elle utilise des végétaux capables de vivre dans un sol pollué par les hydrocarbures ou les métaux lourds. Au fur et à mesure de leur croissance, les arbres ou les plantes nettoient le sol des contaminants.

Comment y parviennent-ils? C’est tout un travail d’équipe! Dans une étude publiée en mars dernier dans la revue Microbiome, des chercheurs de l’Université McGill et de l’Université de Montréal indiquent que les arbres sont en mesure de produire des enzymes pour décomposer les polluants. Mais ils ont également observé des interactions complexes qui se forment entre les racines des saules, plusieurs espèces de champignons (mycorhize) et certaines bactéries dont les Enterobacteriaceae.

«Les arbres à croissance rapide, comme les saules, sont utilisés depuis plusieurs années dans la région de Montréal pour décontaminer les sols en dégradant les hydrocarbures pétroliers», raconte Nicholas Brereton, chercheur à l’Institut de recherche en biologie végétale de Montréal. «Nous avons observé que les saules, les champignons et les bactéries sont en symbiose pour décomposer ces contaminants».

Les saules fournissent du sucre aux champignons mycorhiziens. En échange, ces derniers entretiennent à leur tour les bactéries avec des nutriments, qui peuvent ainsi dégrader les hydrocarbures.

Ces observations ont été réalisées grâce à la métatranscriptomique, une technique qui identifie les organismes et les interactions entre eux. «Il y a des millions et des millions de gènes sous terre. Ces techniques génétiques modernes distinguent l’ensemble de tous les différents organismes présents dans l’échantillon de sol. Cela permet aussi d’analyser les gènes des saules, des mycorhizes et des bactéries qui sont exprimés», explique Nicholas Brereton.

En comprenant mieux comment les arbres sont capables de soutirer les polluants, on risque peut-être de voir pousser ce type d’initiatives plus souvent.

Photo: Wikimedia Commons

Publicité

À lire aussi

Environnement

Intégrer les savoirs autochtones dans la gestion forestière

Près de la moitié du territoire québécois est couverte de forêts. Pour exploiter cette ressource de façon durable, il faut comprendre la dynamique des écosystèmes des siècles passés.
Québec Science 19-10-2012
Environnement

Des bulles de méthane oubliées

Les réservoirs d’eau, destinés notamment à l’hydroélectricité, contribueraient plus qu’on pense au réchauffement climatique.
Environnement

Quel est l’impact environnemental des pêcheries ?

Les navires de pêche commerciale ont parcouru 460 millions de kilomètres en 2016, soit l’équivalent de 600 allers-retours sur la Lune.
Martine Letarte 27-02-2018