Publicité
Environnement

Forêt sous surveillance

03-04-2013

[mks_col]

[mks_one_half]La scie à chaîne dans une main, le bidon d’essence dans l’autre, son matériel scientifique sur le dos, Hubert Morin saute de l’hydravion qui vient de se poser sur un petit lac sans nom et met le cap vers la forêt. Le biolo­giste, directeur du Centre de recherche sur la Boréalie (CREB), accompagné d’étudiants et de techniciens de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), tente de garder l’équilibre en progressant sur la rive jonchée de branches et de roseaux.[/mks_one_half]

[mks_one_half][/mks_one_half]

[/mks_col]

Nous sommes très loin au nord de Saguenay, au-delà du 52e parallèle, en pleine forêt boréale. Aucune route ne vient jusqu’ici et les mouches noires en nuées dégustent de l’humain, probablement pour la première fois. Les valeureux chercheurs avancent maintenant laborieusement dans une forêt dense, leur pro­gres­sion sans cesse entravée par des arbres couchés et des bosquets impossibles à enjamber. Ici, la forêt «fermée» porte bien son nom. La mission des scientifiques: prendre des mesures, couper quelques arbres et ramener des échantillons de bois. De retour au laboratoire, les rondelles de troncs d’épinette livreront de précieuses informations sur la croissance des arbres.

C’est ainsi, expédition après expédition, que les scientifiques québécois ont pu connaître mieux que jamais, mieux qu’au temps des bûcherons et des draveurs, la forêt du Nord. Et elle leur semble plus résistante qu’ils ne l’avaient cru.
Daniel Lord, biologiste spécialiste en aménagement forestier à l’UQAC, a contribué à ce bond en avant de la connaissance: «Plusieurs millions de dollars ont été investis depuis 15 ans. Des erreurs boréales, c’est sûr qu’il y en a eu. Mais maintenant, on sait comment les éviter. La notion de conservation, notamment, est prise beaucoup plus au sérieux.»

Lire la suite dans notre numéro d’avril-mai 2013.

Crédit photo: Hubert Morin

Publicité

À lire aussi

Environnement

Le noir désir du Québec

Le sous-sol du golfe Saint-Laurent contiendrait des milliards de barils d’or noir. De quoi relancer le vieux rêve des années 1970, celui d’un pétrole québécois. Mais à l’heure où tous lorgnent vers les énergies vertes, est-il souhaitable d’investir dans l’exploitation des hydrocarbures?
Nicolas Mesly 13-04-2012
En partenariat avec les Fonds de recherche du Québec
Environnement

L’État doit-il défendre la nature?

Stéphanie Roy consacre sa thèse de doctorat à un remodelage du rôle de l’État en matière de protection de l’environnement.
Maxime Bilodeau 23-08-2018
Environnement

L’orchestre de la nature

L'environnement est une musique. Hélas il est de plus en plus difficile de l'entendre.
Jean-Pierre Rogel 22-05-2013