Publicité
Environnement

La campagne arrive en ville

29-06-2011

Des centaines de plants de tomates, de piments, de courges se dressent au garde-à-vous dans une immense prison de verre. Leurs racines trempent dans un substrat de fibres de noix de coco et d’eau nutritive. Cette serre, la première au monde perchée sur un toit, est située à deux pas du marché central de Montréal. Elle abrite aussi un champ de sauge, de roquette, de cresson… À travers les vitres, on aperçoit les autos foncer dans la grisaille du boulevard Métropolitain. « Goûtez à ça!», m’ordonne Mohamed Hage, le concepteur des Fermes Lufa inc. La saveur de la feuille de basilic explose en bouche.

C’est le goût des aliments frais de son enfance qui a poussé ce jeune Libanais d’origine à investir 2 millions $ dans cette ferme urbaine. Pas question de laisser l’hiver québécois brimer le gourmet en lui. Il déplore que les légumes vendus hors saison dans nos supermarchés aient perdu saveurs et vitamines au cours des milliers de kilomètres de transport. Sa serre hydroponique ultramoderne de 33 000 pieds carrés est en activité depuis février dernier. Elle produit déjà 40 variétés de fines herbes et 130 cultivars de légumes. Mesclun, bok choy, tomates cerises, con­combres libanais (il va de soi!), coriandre sont récoltés et livrés la journée même! Mille familles profitent ainsi d’un panier hebdomadaire de légumes frais, distribué dans un des 21 points de chute à Montréal. Tout nou­­­veau client doit main­tenant ajou­ter son nom à une liste d’attente.

Cette « ferme prototype » est le résultat de quatre ans de recherche et développement. Pesticides et insecticides y sont ban­nis. Ce sont plutôt des plantes choisies à cet effet et des coccinelles qui combattront les invasions éventuelles de pucerons. Un système de ventilation très perfectionné reproduit différentes zones climatiques. L’eau de pluie est stockée, traitée, et récupérée en circuit fermé. «Si un jour la Ville taxe l’eau, nous demeurerons concurrentiels», dit Mohamed. L’été, la serre agit comme un toit végétal, véritable îlot de fraîcheur pour les locataires de l’édifice commercial. L’hiver, l’édifice a l’effet d’une plaque chauffante. Nul besoin de chauffer la serre, même quand il fait – 25 °C!

Lire la suite dans notre numéro d’août-septembre 2011

(photo : Éric duchemin)

Publicité

À lire aussi

Environnement

Mauvaises herbes: elles résistent aux herbicides!

Des mauvaises herbes résistantes aux herbicides ont été repérées au Québec.
Québec Science 19-09-2012
Environnement

SOS forêt urbaine

Les arbres qui peuplent les rues des villes influencent directement la santé de ceux qui y habitent, soutient Alain Paquette de l’UQAM.
Maxime Bilodeau 29-06-2017
Environnement

La France interdira la vaisselle en plastique en 2020

Exit les pique-niques polluants.
Québec Science 19-09-2016