Publicité
Environnement

Les phoques aussi consomment du plastique

13-03-2018

Les excréments de phoques contiennent des microparticules de plastique, qui « remontent » dans la chaîne alimentaire jusqu’aux plus gros prédateurs.

On sait que les microplastiques sont présents partout dans l’environnement marin. Mais l’ingestion de plastique par les prédateurs du niveau supérieur de la chaîne alimentaire avait, jusqu’à présent, été peu étudiée. Voilà que des chercheurs britanniques, provenant notamment de l’université d’Exeter et du Laboratoire marin de Plymouth, démontrent que les microparticules de plastique « grimpent » bel et bien la chaîne alimentaire, passant du poisson jusqu’aux plus grands animaux marins. Ils ont récemment publié leurs résultats dans le journal Environmental Pollution.

Les scientifiques ont examiné l’alimentation d’un petit groupe de quatre phoques gris vivant en captivité dans un sanctuaire marin, un environnement contrôlé idéal pour leurs recherches. Ils ont mené des analyses sur 31 maquereaux communs utilisés pour nourrir les phoques, et ont trouvé que 18 des poissons contenaient des microparticules de plastique.

L’équipe de chercheurs s’est ensuite intéressée aux fèces de phoques. En analysant 31 échantillons, ils ont également découvert la présence de 1 à 4 microfragments de plastique dans 15 d’entre eux. Un peu plus de la moitié du plastique était de l’éthylène-propylène (câble de caoutchouc) et du polyéthylène (emballage de plastique et bouteille).

Bien que l’étude porte sur un petit nombre de phoques, les résultats confirment que les microparticules de plastique qui affectent les petits organismes aquatiques sont aussi transférées aux prédateurs marins au bout de la chaîne alimentaire. Une fois ingérés, les microplastiques peuvent entraîner «une réduction de la capacité d’alimentation, de réserves d’énergie et de la capacité de reproduction ainsi qu’une altération des fonctions intestinales ».

Des tonnes de déchets

On estimait, en 2014, qu’il y avait dans nos océans au moins 268 940 tonnes de déchets de plastique provenant de différentes sources: emballages, bouteilles, microbilles utilisées dans les cosmétiques, fibres de vêtements, peinture, pneus… Tout ce plastique, sous l’effet des radiations UV et des courants marins, s’effrite et se fractionne en microparticules de moins de 5 millimètres. Ces petits fragments sont ensuite ingérés par le zooplancton et les poissons. Les prédateurs marins se contaminent à leur tour en mangeant du poisson.

>>> Ces articles qui pourraient vous intéresser
Fèces à conviction, mars 2018. Quand les crottins, guanos et déjections en tout genre sont de véritables trésors pour les chercheurs.
– Les microparticules de plastique sont omniprésentes dans les sols
Bouteille à l’amère, éditorial de Marie Lambert-Chan sur la menace représentée par notre utilisation préoccupante de bouteille de plastique.

Photo: Wikimedia Commons

Publicité

À lire aussi

Environnement

Le vrai pouvoir du pétrole

Les énergies post-pétrole pourront-elles donner naissance à des régimes réellement démocratiques? C'est la question que pose Timothy Mitchell, titulaire de la Chaire d’études du Moyen-Orient à la Columbia University, de New York, et auteur de Carbon Democracy.
Elias Levy 29-11-2013
Environnement

Revoir les méthodes de calcul des émissions de gaz à effet de serre

La mondialisation engendre un déplacement de la production industrielle et de la pollution vers les pays émergents.
Québec Science 16-10-2012
Environnement

Des fous dans le pétrole

Les fous de Bassan de l'île Bonaventure écopent eux aussi de la marée noire qui souille le golfe du Mexique
Emilie Cler 28-09-2010