Publicité
Environnement

L’Europe juge le bisphénol A extrêmement préoccupant

19-06-2017

Le bisphénol A, ce composé contenu dans de nombreux emballages, vient d’être considéré comme « extrêmement préoccupant » par l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA).

En cause, sa capacité à perturber le système hormonal, « ce qui entraîne des effets graves probables pour la santé humaine ». Rappelons que les perturbateurs endocriniens agissent sur différents systèmes de l’organisme, notamment le système reproducteur, comme nous l’expliquait le spécialiste Rémy Slama en entrevue.

« Selon les éléments rassemblés par les experts français, le bisphénol A représente un danger pour la glande mammaire, le métabolisme, le cerveau et – élément relativement nouveau – le cycle reproductif. Le dossier constitué valide donc, avec un haut niveau de preuve, les suspicions formulées de longue date selon lesquelles l’exposition au BPA puisse accroître les risques de cancer du sein, de diabète et d’obésité ainsi que de troubles neuro-comportementaux », rapporte Le Monde.

Le bisphénol A ou BPA est utilisé pour fabriquer du polycarbonate, un plastique dur et transparent, mais on le retrouve aussi dans les résines époxy qui tapissent l’intérieur des boîtes de conserve métalliques. Sans surprise, on en trouve également dans l’environnement et l’eau (voir reportage Une eau encore bonne à boire?).

Au Canada et aux États-Unis, le bisphénol A est interdit dans les biberons. Mais la Direction des aliments de Santé Canada estime que « l’exposition actuelle au BPA provenant des matériaux d’emballage des aliments ne pose pas de risque pour la santé de la population en général, y compris pour la santé des nouveau-nés et des nourrissons. »

La décision de l’ECHA va-t-elle forcer les agences réglementaires canadiennes à revoir leur copie?

 

Publicité

À lire aussi

Environnement

La neige artificielle à la rescousse des glaciers

Cibler un glacier suisse avec des canons à neige pourrait l’aider à reprendre de l’expansion, pense un chercheur.
Maxime Bilodeau 04-05-2017
Environnement

Sauvetage in extremis du lac Bromont

Comment lutter contre la prolifération des indésirables algues bleu-vert dans les lacs ? La Ville de Bromont a peut-être trouvé la solution: le Phoslock.
Marine Corniou 13-10-2017
Environnement

L’agrile du frêne, là pour rester

Repéré à Montréal il y a quatre ans, l’agrile du frêne semble maintenant bien installé. Au point que son éradication ne serait plus envisageable.
Marion Spée 31-03-2015