Publicité
Environnement

L’hiver en juillet?

23-11-2015

Dans la valse sans fin qui unit la Terre au Soleil, tout n’est pas si stable qu’il y paraît. D’abord, l’oblicité de l’axe de rotation de la Terre fait que, tantôt, c’est son pôle Nord qui reçoit plus d’énergie solaire; tantôt, son pôle Sud. C’est ce qui amène l’alternance des saisons, temporellement opposées dans les deux hémisphères, sur un cycle de 365,25 jours. Cet axe varie entre 22,1° et 24,5° sur une période de 41 000 ans, ce qui peut influencer la rigueur des hivers ou la chaleur des étés.

Mais cet axe de rotation change aussi de façon plus globale, un peu comme une toupie qui, lorsqu’elle tourne sur elle-même, s’incline d’un côté puis de l’autre de façon continue en traçant sur le sol des cercles imaginaires. C’est ce qu’on appelle la précession climatique qui déplace un peu les saisons au cours des années et dont le cycle se complète en 21 000 ans. Dans 10 000 ans, nous aurons donc l’hiver en juillet et l’été en janvier.

À tout cela s’ajoutent les modifications de la trajectoire de notre planète autour du Soleil. On parle d’excentricité: l’orbite terrestre passe d’un cercle presque parfait à une ellipse plus allongée puis redevient circulaire en 100 000 ans, ce qui fait varier la distance Terre-Soleil, donc la quantité d’énergie qui nous parvient de l’étoile.

En 1930, l’astronome et climatologue serbe Milutin Milankovitch lie ces variations célestes aux périodes glaciaires, intuition qui sera validée dans les années 1970 par des données plus précises sur les ères climatiques. «L’un des cycles de Milankovitch – l’oblicité – correspond effectivement aux registres des températures du globe pour la période s’étendant de 2,5 millions d’années à 700 000 ans avant aujourd’hui, précise Shaun Lovejoy, physicien à l’Université McGill. Ensuite, c’est beaucoup moins clair. Mais l’important, c’est l’échelle de temps: ces influences astronomiques, si elles sont réelles, agissent sur des périodes de milliers d’années. L’actuel réchauffement, sur 120 ans seulement, est beaucoup trop rapide pour être attribué à d’autres causes que l’homme.»

Publicité

À lire aussi

Environnement

Chaud devant!

L’eau, le sol et la faune du Nord seront sévèrement affectés par les changements climatiques. Et notre potentiel hydroélectrique aussi.
Nicolas Mesly 03-04-2013
Environnement

L’homme, l’anchois et l’ITH?

Où se situe l'homme dans la chaîne alimentaire? Au même niveau que l'anchois et le cochon, selon une récente étude. Comique? Pas tellement, si on se penche sur la signification écologique de ce résultat.
Jean-Pierre Rogel 23-12-2013
Environnement

Agir maintenant pour atténuer le réchauffement climatique

Le rapport du GIEC est catégorique sur ce point : les grands décideurs doivent rapidement travailler à limiter la hausse globale des températures à moins de 1,5 degré Celsius.
Annie Labrecque 16-10-2018