Publicité
Espace

Découverte de 83 trous noirs supermassifs dans l’Univers lointain

18-03-2019

Voici les 100 quasars identifiés par l’instrument HSC. Les 7 premiers rangs montrent les 83 nouveaux astres découverts, les deux derniers les quasars déjà connus dans la région sondée. Image: National Astronomical Observatory of Japan

C’est une belle récolte: des astronomes viennent de découvrir 83 trous noirs supermassifs datant d’il y a 13 milliards d’années.

L’Univers est parsemé de trous noirs supermassifs, des objets célestes qui sont des millions de fois plus massifs que le Soleil et qui trônent au centre des galaxies.

S’ils sont impossibles à observer, puisque la lumière ne peut s’en échapper, on peut les repérer grâce aux gaz qui s’enflamment en tourbillonnant autour d’eux. C’est ce qu’a fait une équipe internationale (Japon, Taïwan et États-Unis), en scrutant le ciel pendant 300 nuits, réparties sur cinq ans, avec la « Hyper Suprime-Cam » du télescope Subaru à Hawaï.

Leur but : repérer des quasars, ces astres distants très brillants qui sont en fait le résultat de trous noirs actifs, qui « enflamment » la matière autour du noyau des galaxies.

L’équipe a détecté 83 quasars très éloignés, à 13 milliards d’années-lumière de la Terre. Des quasars qui signalent par la bande la présence de trous noirs gigantesques. Elle a ensuite confirmé ses observations avec plusieurs autres télescopes. « C’est remarquable que des objets si denses et si massifs aient pu se former si peu de temps après le big bang », a commenté Michael Strauss, astrophysicien à l’université Princeton, l’un des auteurs des cinq études publiées dans The Astrophysical Journal et Publications of the Astronomical Observatory of Japan.

Ces trous noirs se sont formés seulement 800 millions d’années après la naissance de l’Univers, à une époque où apparaissaient les premières galaxies.

Peu de quasars datant de cette période étaient connus jusqu’ici, et cette découverte révèle à quel point les trous noirs supermassifs semblent communs dans l’Univers primordial, au même titre qu’aujourd’hui. Elle permettra aussi d’en apprendre plus sur la façon dont se sont formés les trous noirs supermassifs, qui reste un mystère pour les chercheurs.

Pour en savoir plus sur les trous noirs, lisez notre reportage Comment photographier un trou noir.

Publicité

À lire aussi

Espace

Parler d’astronomie en langue des signes

En langue des signes québécoise (LSQ), les mots «comète», «astéroïde», «exoplanète» et «big bang» n’existent pas. Du moins, pas encore. Car une équipe de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) construit présentement un lexique en astronomie pour les personnes sourdes ou malentendantes.
Espace

Vie sur Mars: en avoir le coeur net

Destination favorite des auteurs de science-fiction, Mars et ses Martiens ont alimenté bien des fantasmes. La planète a-t-elle hébergé la vie ? Les scientifiques veulent avoir le fin mot de l’histoire.
Marine Corniou 31-08-2018
Espace

Cassini : le dernier plongeon

La mission Cassini touche à sa fin; elle aura permis de recueillir des données précieuses sur Saturne et ses lunes jusqu’à la dernière seconde.
Marine Corniou 29-06-2017