Publicité
Espace

Jupiter sous l’oeil de Juno

10-07-2017

Depuis un peu moins d’un an, la sonde Juno est entrée en orbite de Jupiter.
Tous les 53 jours, soit le temps qu’elle prend pour effectuer un tour, la caméra JunoCam capte des images de la géante gazeuse, la plus grosse planète du Système solaire.

Son orbite étant très elliptique, la sonde atteint son point le plus proche de Jupiter – le périjove -, à 5000 km, tous les 53 jours, avant de s’en éloigner…

Le nombre de photos que la sonde peut prendre est toutefois limité, en raison de la capacité de stockage de JunoCam. C’est pourquoi la NASA propose aux internautes de voter pour choisir les zones de l’atmosphère à photographier en priorité à chaque survol.

Le 10 juillet, elle passe au-dessus de la Grande tache rouge, ce gigantesque anticyclone suivi de près par les astronomes depuis 1830.

« Cette tempête monumentale fait rage sur la plus grosse planète du Système solaire depuis des siècles. Juno et ses instruments d’analyse capables de pénétrer les nuages vont « plonger » pour voir la profondeur des racines de cette tempête, et nous aideront à comprendre comment elle se maintient et ce qui la rend si spéciale », a expliqué Scott Bolton, chercheur principal pour Juno, au Southwest Research Institute à San Antonio.

Sur son trajet, qui a duré 5 ans, Juno a capté de belles imagesde la Terre et de la Lune, à revoir ici.

Il est prévu que Juno continue de fonctionner jusqu’en juin 2018 pour un total de 12 orbites.

Première image: retravaillée par un amateur, elle a été prise le 11 décembre 2016, lors du dernier survol de Jupiter.
Credits: NASA/JPL-Caltech/SwRI/MSSS/Eric Jorgensen

Publicité

À lire aussi

Espace

Cyclopes géants: ces télescopes qui scruteront le ciel

Trois immenses télescopes s'apprêtent à faire basculer l'astronomie dans une nouvelle ère.
Marine Corniou 11-04-2018
Espace

Google Lunar XPrize: Nargués par la Lune

Le Google Lunar XPrize, un concours où des équipes financées par le privé tentaient de se rendre sur la Lune, prend fin sans gagnant.
Alexis Riopel 15-02-2018
Espace

Parler d’astronomie en langue des signes

En langue des signes québécoise (LSQ), les mots «comète», «astéroïde», «exoplanète» et «big bang» n’existent pas. Du moins, pas encore. Car une équipe de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) construit présentement un lexique en astronomie pour les personnes sourdes ou malentendantes.