Publicité
Espace

La planète rouge plus hostile que prévu

10-07-2017

Le rêve de colonisation de notre voisine rouge est moins facile que ce que l’on pensait : plusieurs composants de la surface de Mars se révèlent toxiques pour les bactéries.

Dans le film Seul sur Mars de 2015, l’astronaute joué par Matt Damon survit seul sur la planète rouge pendant plusieurs mois grâce à la culture de pommes de terre… une solution peu crédible désormais! Une substance toxique à la surface de la planète, le perchlorate, détruit les bactéries en présence de rayonnement UV, selon une étude de l’université d’Édimbourg publiée dans le journal Scientific Reports.

On connait l’existence de ce composé à la surface de la planète depuis la mission de la sonde spatiale Phoenix de la NASA en 2009, mais ses effets délétères sont désormais confirmés.

Les chercheurs ont placé des bactéries végétatives similaires à celles trouvées à la surface des navettes spatiales en présence de perchlorate et les ont irradiées de rayons UV en reproduisant les conditions à la surface de la planète. Les bactéries ne survivent pas plus de 30 à 60 secondes, bien moins longtemps que sans perchlorate.

Mais ce n’est pas tout, en plus du perchlorate, la surface de Mars regorge de peroxyde d’hydrogène et d’oxyde de fer. L’association des trois substances en présence d’UV est encore plus nocive pour les bactéries et accélère la mort cellulaire!

Les traces d’eau liquide sur la planète, indices privilégiés pour la recherche de la vie, ne sont donc pas si prometteuses si elles contiennent du perchlorate, selon les chercheurs d’Édimbourg.

De plus, les futures missions qui prévoient d’envoyer des humains sur Mars à partir des années 2030 devront prendre en compte le risque de destruction des échantillons biologiques amenés sur la planète.

 

Publicité

À lire aussi

Espace

Découverte de 3 planètes potentiellement habitables

La NASA a annoncé en grande pompe une découverte faite dans un système extrasolaire, TRAPPIST-1.
Espace

Sommes-nous seuls dans le cosmos?

Grâce aux percées technologiques, ainsi qu'à la volonté de chercheurs et de philanthropes enthousiastes, la quête de la vie extraterrestre est plus que jamais à l'ordre du jour.
Espace

Sur les pistes d’une vie extraterrestre

Les astrophysiciens québécois sont devenus experts dans le développement de caméras et d’instruments de pointe. Leur but : photographier et repérer de nouvelles planètes orbitant autour d’étoiles lointaines, et analyser leur composition chimique.
Marine Corniou 16-11-2012