Publicité
Espace

Mars dans la tempête

14-06-2018

À gauche, une image prise en juin 2001 montrant une tempête locale (ovale). À droite, la Planète rouge un mois plus tard: la poussière enveloppe tout. (Photo: NASA)

Une gigantesque tempête martienne menace le robot Opportunity, signale la NASA.

Difficile d’imaginer l’ampleur d’un tel cataclysme: la tempête qui fait rage depuis le 30 mai sur Mars a pris de l’ampleur, couvrant maintenant plus de 18 millions de km2 (une surface équivalente à celle de l’Amérique du Nord).

« Ces tempêtes martiennes, assez rares, soulèvent beaucoup de poussière, ce qui réduit la quantité de la lumière qui pénètre l’atmosphère », expliquait à Québec Science il y a quelques semaines Jorge Vago, responsable scientifique du projet ExoMars à l’Agence spatiale européenne (ESA).


Baisse de visibilité du robot Opportunity en juin 2018. Crédit: NASA/JPL-Caltech.

Cette fois-ci, le robot Opportunity, actif sur Mars depuis près de 15 ans, est au coeur de la tempête. « Cela menace Opportunity, qui s’est mis en mode sommeil et qui va rester silencieux jusqu’à ce qu’il puisse recharger ses batteries », a expliqué lors d’une conférence de la NASA John Callas, responsable du projet au Jet Propulsion Laboratory (JPL).

Privés de lumière, les panneaux solaires du rover sont inefficaces. Toutes les fonctions ont été mises en mode survie par les ingénieurs de la NASA. « Le souci, c’est le refroidissement du rover (…), et des batteries, qui peuvent être endommagées », a-t-il expliqué.

Les tempêtes d’une telle ampleur sont relativement rares sur Mars, et sont une préoccupation pour les programmes d’exploration. Dans l’histoire récente, depuis qu’on « surveille » Mars, « seule une douzaine de tempêtes régionales se sont étendues au point de couvrir tout le globe », a précisé Rich Zurek, responsable du programme scientifique sur Mars au JPL.

Le robot Curiosity, lui, qui fonctionne à l’énergie nucléaire et non pas solaire, travaille à plein régime: il analyse notamment la taille et la quantité de particules de poussière en suspension. Quant aux orbiteurs comme MRO ou MAVEN, ils profitent de cette occasion unique pour comprendre l’effet de la tempête sur l’atmosphère martienne, entre autres.

Publicité

À lire aussi

Espace

Que se passe-t-il après l’atterrissage d’InSight?

Maintenant que la sonde InSight est sur le sol martien, quelle est la suite?
Annie Labrecque 27-11-2018
Espace

«Les planètes sont les objets les plus complexes de l’Univers!»

Le 13 juin 2019, la barre des 4000 exoplanètes découvertes a été franchie. Pas facile, pour autant, de savoir lesquelles sont «habitables».
Marine Corniou 21-06-2019
Espace

Astronautes recherchés

Le processus de recrutement des astronautes canadiens est en cours. Voyez à quoi ressemble la sélection...