Publicité
Espace

Sonder les entrailles de Mars avec InSight

03-05-2018

Photos et illustration: NASA/JPL-Caltech

Après avoir traversé 484 773 006 km, voilà que la sonde spatiale InSight est arrivée à sa destination finale: la planète Mars.

La sonde spatiale InSight, qui s’est élancée le 5 mai de la côte ouest des États-Unis, à bord de la fusée Atlas V 401, arrive le 26 novembre sur la planète rouge au cours d’un voyage de 6 mois. Son objectif principal? Poser un sismomètre au sol pour étudier la structure interne de Mars et comprendre sa formation en mesurant les tremblements martiens.

Plusieurs équipes provenant d’un peu partout dans le monde (États-Unis, France, Allemagne, Canada…) participent à cette mission. Et un peu du Québec aussi! En effet, Farah Alibay, ingénieure québécoise, travaille au Jet Propulsion Laboratory depuis 4 ans, et a consacré sa dernière année à la mission InSight.

«Mars est une planète rocheuse semblable à la Terre avec des volcans, mais elle ne possède pas de plaques tectoniques. Auparavant, la planète rouge avait un champ magnétique et une atmosphère, qui ont disparu il y a des millions d’années. InSight devrait nous dévoiler cette évolution», explique Farah Alibay.

L’ingénieure a été impliquée dans la construction du sismomètre SEIS (l’acronyme anglais pour Seismic Experiment for Interior Structure), un puissant outil fabriqué par le Centre national d’études spatiales en France. Celui-ci détectera les séismes martiens. Il est si sensible que lorsque l’équipe a effectué des tests, ici sur Terre, SEIS a été en mesure d’enregistrer le bruit des vagues provenant des océans Pacifique et Atlantique!

«C’est l’instrument le plus sensible jamais construit. Cela a été un grand défi d’ingénierie», raconte Farah Alibay. C’est pourquoi on prend toutes les précautions nécessaires afin de le protéger pendant son transport et sa mise en place sur Mars, alors qu’il sera attaché à un bras robotique qui le déposera délicatement au sol. «L’équipe s’exerce depuis 6 mois à tous les scénarios possibles de déploiement au sol», raconte l’ingénieure.

Enregistrer les séismes pour déterminer la composition de Mars

Les scientifiques croient qu’il y aurait du magma sous la surface de Mars. Pour le vérifier, ils analyseront comment se propage un événement sismique dans le sol martien. Les séismes sur Terre sont causés par le mouvement des plaques tectoniques alors que sur Mars, l’activité sismique serait plutôt due aux volcans, à la formation de fissures dans la croûte et à l’impact des météorites.

Ces événements produisent des ondes sismiques qui passent à travers la croûte. «En regardant comment celles-ci se propagent à l’intérieur des différentes couches, on peut déterminer la composition de la planète», indique l’ingénieure Farah Alibay.

Comment se sont formés les volcans martiens?

La sonde embarque aussi un autre instrument, le Heat Flow and Physical Properties Package appelé plus simplement HP3. Ce petit instrument cylindrique plongera à 5 mètres de profondeur pour mesurer le gradient de température à l’intérieur de Mars.

«Au fur et à mesure que HP3 descendra, il prendra la température. Cela nous donnera des indices sur la composition de l’intérieur martien», explique Farah Alibay. En combinant les différentes données obtenues notamment par SEIS et HP3, les chercheurs seront capables de comprendre un peu mieux la formation des volcans.

À droite, l’ingénieure québécoise Farah Alibay avec un satellite MarCo. ​Photo: Farah Alibay.

MarCO et autres instruments

Farah Alibay a également travaillé de près à la conception de deux petits satellites, les jumeaux Mars Cube One ou MarCO (dimensions de 36,6 cm × 24,3 cm × 11,8 cm). Ils seront lancés avec la sonde spatiale InSight et serviront de relais de communication presque en temps réel entre la Terre et InSight jusqu’à ce que celui-ci se pose au sol. Ensuite, ce sont les satellites autour de Mars qui prendront la relève des communications.

D’autres outils tels qu’une petite station météorologique pour capter la pression et le vent sur la planète rouge ainsi qu’une antenne qui permet de positionner très exactement InSight sont également à bord de la sonde.

La mission en bref
Date de lancement : 5 mai 2018
Lieu du lancement : Base de lancement Vandenberg, Californie. C’est la première fois qu’on lance un engin vers une autre planète à partir de la côte ouest, les lancements se faisant habituellement au Centre spatial Kennedy, en Floride.
Distance entre Mars et la Terre le 5 mai : 485 millions de kilomètres
Arrivée prévue sur Mars : 26 novembre 2018
Lieu de l’atterrissage : plaine Elysium Planitia
Fin de la mission : 24 novembre 2020

 

Mise à jour de l’article : ajout de la date d’arrivée de la sonde spatiale sur Mars.

Publicité

À lire aussi

Espace

Découverte de 3 planètes potentiellement habitables

La NASA a annoncé en grande pompe une découverte faite dans un système extrasolaire, TRAPPIST-1.
Espace

Que se passe-t-il après l’atterrissage d’InSight?

Maintenant que la sonde InSight est sur le sol martien, quelle est la suite?
Annie Labrecque 27-11-2018
Espace

Gaia: Un milliard d’étoiles

Le télescope spatial européen Gaia nous livre l'image la plus nette qu'on n'ait jamais eue de notre galaxie, en répertoriant plus d'un milliard d'étoiles.