Publicité
Espace

Sursauts radio rapides: des signaux mystérieux de l’espace

11-01-2019

Photo: CHIME/Université McGill

Le télescope canadien CHIME a détecté un sursaut radio rapide répétitif, provenant de l’espace lointain, un événement astronomique rare.

Le télescope CHIME est situé à Okanagan Falls, en Colombie-Britannique. Inauguré en 2017, le télescope était en période de tests l’été dernier lorsqu’il a décelé des sursauts radio rapides (FRB, pour fast radio burst). «Les sursauts radio rapides sont des rafales de radiations d’une durée de quelques millisecondes et se produisent à l’extérieur de notre galaxie, explique Alex Josephy, chercheur étudiant au doctorat à l’Université McGill, qui est impliqué dans cette découverte ayant fait l’objet de deux articles publiés dans Nature. C’est une espèce d’objet exotique, plus lumineux que tout ce que nous voyons dans notre propre galaxie.»

Les FRB ont été identifiés pour la première fois en 2007. Depuis, une trentaine d’événements ont été enregistrés, mais les scientifiques estiment qu’il pourrait y en avoir des milliers détectables par jour. La particularité de la découverte de CHIME est que parmi les treize FRB observés, l’un s’est répété à plusieurs reprises au cours des semaines suivantes. Ce n’est que la deuxième fois qu’on aperçoit ce type de répétition, le premier a été décrit en 2015 par le radiotélescope Arecibo à Puerto Rico. Le signal répété permet aux chercheurs de découvrir sa provenance. «Une grande partie de ce que nous apprenons en ce moment concerne l’environnement de ces sources. En regardant avec d’autres télescopes, on peut trouver exactement de quelle galaxie les RFB sont issus et leur distance. Ces répétitions sont donc très importantes pour étudier la source», explique le jeune chercheur.

Mais de quel phénomène astronomique ces RFB émanent-ils? Cela reste un mystère pour l’instant. «Cela pourrait être une étoile à neutrons ou un trou noir», indique Alex Josephy.

Même s’il est difficile de savoir ce qu’on pourrait apprendre de cette découverte – l’étude des FRB étant un domaine nouveau d’une dizaine d’années seulement – les astrophysiciens espèrent utiliser les FRB comme sonde du milieu intergalactique. «Au fur et à mesure qu’un FRB parcourt tout cet espace jusqu’à nous, il capte beaucoup d’informations».

Photo: Andre Renard, Dunlap Institute of Astronomy & Astrophysics, U of Toronto; CHIME.

Pas d’extraterrestre à l’horizon

Signature d’un FRB sur ordinateur. Image: CHIME/Université McGill

Pour ceux qui l’auraient espéré, les sursauts ne sont pas une manifestation d’une quelconque vie extraterrestre. «C’est une histoire que l’on entend souvent, mais c’est peu probable que cela soit une communication extraterrestre, car les sursauts proviennent de partout dans le ciel de façon aléatoire et possèdent une très grande d’énergie», souligne Alex Josephy.

Qu’est-ce que le télescope CHIME?

CHIME (pour Canadian Hydrogen Intensity Mapping Experiment) a été inauguré en septembre 2017 et devrait être complètement fonctionnel cet automne. D’ici là, les chercheurs s’affairent encore à calibrer l’instrument. «On est encore en train de travailler sur la sensibilité et l’étalonnage de l’instrument, qui est très loin d’être à son plein potentiel», explique Alex Josephy. Bien que CHIME ne soit pas le seul télescope à guetter les FRB, il sera le meilleur pour les détecter, car, selon le chercheur, le télescope scrute une plus vaste étendue de ciel comparativement aux autres télescopes.

 

 

 

 

Publicité

À lire aussi

Espace

Rosetta: l’audacieux rendez-vous

Après un voyage de 10 ans, la sonde Rosetta tentera de se mettre en orbite autour d’une comète. Mission inédite, périlleuse et incroyablement délicate!
Marine Corniou 21-05-2014
Espace

SpaceX: un exploit technologique!

C'est un succès inédit dans l'histoire aérospatiale: le 21 décembre, la société américaine SpaceX a réussi à faire atterrir à la verticale le premier étage du lanceur...
Québec Science 26-12-2015
Espace

L’eau qu’on pensait voir sur Mars serait plutôt des grains de sable

Les flux foncés qu’on voyait sur des images de Mars et qu’on pensait être de l’eau seraient plutôt des grains semblables à du sable.
Martine Letarte 21-11-2017