Publicité
Espace

Trois missions en route vers Mars pour trouver des traces de vie

17-07-2020

Illustration du rover Perseverance à la surface de Mars. Image: NASA

Si tout se passe bien, trois sondes seront bientôt en route vers Mars, avec une arrivée prévue en février 2021. Dans la course? Les Émirats arabes unis, la Chine et les États-Unis.

Tous les 26 mois, la Terre et Mars sont idéalement placées l’une par rapport à l’autre pour que l’on expédie des sondes vers notre voisine, avec le moins d’énergie possible. C’est pourquoi, cet été, trois missions décolleront vers la planète rouge : Hope, des Émirats arabes unis, Tianwen-1, de la Chine, et Mars 2020, mission phare de la NASA.

La mission européenne ExoMars, elle, devra attendre la prochaine fenêtre de tir dans 2 ans, à cause de pépins techniques.

Si les instruments embarqués diffèrent, ces trois missions ont un objectif commun : trouver des traces de vie passée et mieux comprendre comment l’eau qui formait des lacs et des rivières s’est brutalement évaporée.

Car on sait désormais que les conditions sur Mars ont été, il y a 3 ou 4 milliards d’années, semblables à celles de la Terre et donc propices à la vie (Lire aussi Vie sur mars : en avoir le cœur net).

Hope, première mission interplanétaire émiratie, consiste en un orbiteur qui scrutera l’atmosphère de Mars pour au moins deux ans. Celle-ci, aujourd’hui 100 fois moins dense que celle de la Terre, a été capable par le passé de retenir l’eau.

La mission chinoise, dont le décollage est prévu le 23 juillet, placera un satellite en orbite mais fera également atterrir un rover de 240 kg. Équipé d’un radar puissant, pénétrant le sol à 100 mètres de profondeur, et de quatre autres instruments (laser, magnétomètre, spectromètre infrarouge et capteurs météo), le rover devrait fournir des analyses géologiques intéressantes.

Quant à Mars 2020, pilotée par la NASA, elle est encore plus ambitieuse. L’opération permettra de larguer avec un immense parachute un rover de plus de 1000 kg nommé Perseverance. Le lancement est prévu entre le 30 juillet et le 15 août, après un léger retard.

Un 5e rover américain

Le cratère Jezero (NASA).

Perseverance atterrira dans le cratère de Jezero, où se trouvait autrefois un delta de rivière, qui pourrait avoir conserver des traces de vie primitive. Copie améliorée de Curiosity, qui roule sa bosse sur Mars depuis 2012, cet astromobile sera le cinquième engin de la NASA à explorer la planète rouge.

Pour déceler des biosignatures, le véhicule de 3 mètres de long est équipé de sept instruments de pointe, dont un spectromètre et un laser UV qui permettront d’analyser les minéraux et de détecter d’éventuels composés organiques. Les instruments rechercheront également la présence de structures pouvant être liées à une activité microbienne, comme des petits amas calcaires similaires aux stromatolithes.

Équipé en outre de 19 caméras et de microphones, le rover livrera des images détaillées du paysage (et une bande sonore!). Son bras robotisé de deux mètres de long, quant à lui, devra accomplir une délicate mission : prélever une quarantaine d’échantillons de sol, d’environ 6 cm de long.

L’opération reposera sur un complexe appareil d’échantillonnage composé de 3000 pièces. « Notre foreuse rotative à percussion va prélever une carotte, puis […] le tube sera saisi par un bras qui placera l’échantillon devant une caméra », expliquait dans un communiqué Adam Steltzner, ingénieur en chef pour l’astromobile Mars 2020, au Jet Propulsion Laboratory de la NASA.

Prototype du système de stockage des échantillons de roches martiennes qui seront ramenés sur Terre. Nasa/JPL-Caltech

Une trentaine d’échantillons seront par ailleurs scellés hermétiquement pour être déposés par Perseverance, quelque part sur son trajet. Les précieuses carottes attendront patiemment qu’une autre mission, prévue pour 2031 et conçue avec l’Agence spatiale européenne, vienne les récupérer pour les ramener sur Terre.

Intitulée « Mars Sample Return campaign », cette mission permettra d’analyser le sol martien de façon plus pointue, avec des instruments terrestres, dans l’espoir d’apporter une preuve définitive d’une vie passée – ou de l’absence de vie.

Premiers pas vers un futur martien

Évidemment, ces missions ont aussi pour but de préparer les prochaines phases de l’exploration martienne, notamment les missions habitées.

Perseverance embarque un appareil nommé MOXIE, qui tentera de produire de l’oxygène à partir de l’atmosphère extrêmement riche en dioxyde de carbone. Le but : assurer l’approvisionnement en oxygène d’une éventuelle colonie humaine mais aussi produire ce gaz indispensable pour servir d’oxydant au carburant des vaisseaux devant faire le voyage du retour.

Dernière fantaisie à noter, le rover de la NASA devrait également larguer un petit hélicoptère de 1,8 kg appelé Ingenuity, qui tentera de s’envoler dans la fine atmosphère. Une tentative qui relève plus de la démonstration technique que de la recherche scientifique, mais qui ferait de ce petit drone le premier engin à voler sur une autre planète que la Terre!

 

Vidéo: NASA/JPL-Caltech

Publicité

À lire aussi

Espace

Vie sur Mars: en avoir le coeur net

Destination favorite des auteurs de science-fiction, Mars et ses Martiens ont alimenté bien des fantasmes. La planète a-t-elle hébergé la vie ? Les scientifiques veulent avoir le fin mot de l’histoire.
Marine Corniou 31-08-2018
Espace

Qu’est-ce que la planète 9?

Depuis 2014, l'existence d'une neuvième planète dans notre Système solaire est débattue par les astronomes. Comment prouver qu'elle existe?
Marine Corniou 04-06-2018
Espace

Première sortie dans l’espace pour David Saint-Jacques

Le 8 avril prochain, l’astronaute québécois effectuera sa première sortie spatiale.
Annie Labrecque 05-04-2019