Publicité
Espace

Une exoplanète deux fois plus grosse que la Terre

06-09-2018

Comparaison de la taille de la Terre, de Wolf 503b et de Neptune. La couleur bleue de Wolf 503 b ne réfère pas à sa réelle couleur, qui est inconnue. Photo: NASA Goddard/Robert Simmon (Terre), NASA/JPL (Neptune).

Une étudiante à la maîtrise à l’Université de Montréal a découvert l’exoplanète Wolf 503 b.

Si le télescope spatial Kepler approche de la retraite, l’amas de données qu’il a accumulées serviront encore longtemps pour découvrir de nouvelles exoplanètes. C’est à cet appareil que Merrin Peterson, une étudiante de l’Institut de recherche sur les exoplanètes, et des collègues canadiens, américains et britanniques doivent leur trouvaille.

Wolf 503 b est située à 145 années-lumière de la Terre, dans la constellation de la Vierge. «Nous l’avons découverte en examinant un nouvel ensemble de données dans lequel il y a des milliers d’étoiles, explique Merrin Peterson, qui a commencé sa maîtrise en mai dernier. En vérifiant toutes les courbes lumineuses, nous avons trouvé un signal indiquant qu’il y avait aussi une planète qui orbite et bloque la lumière d’une étoile. Il y avait une vingtaine d’exoplanètes, mais une seule que l’on pouvait étudier grâce à la luminosité de son étoile. » (Voir notre article: Comment détecte-t-on les exoplanètes?)

L’équipe s’est assurée de la validité de sa découverte en collaborant notamment avec des chercheurs aux États-Unis. Comme confirmation supplémentaire, les chercheurs ont aussi obtenu des mesures optiques de l’Observatoire Palomar, en Californie.

La brillance de l’étoile et sa proximité avec l’exoplanète découverte permettent d’obtenir beaucoup d’information grâce aux spectres lumineux, dont une estimation de la masse de Wolf 503 b. Grâce aux données du télescope infrarouge de la NASA (Infrared Telescope Facility), les chercheurs ont également pu déterminer avec précision le rayon de l’étoile et de son exoplanète.

« Ces données que nous avons examinées sont publiques. Il fallait rédiger un papier là-dessus avant que quelqu’un d’autre ne le fasse », mentionne la jeune chercheuse, qui souligne le travail d’une dizaine de membres de son équipe pour en arriver à cette découverte publiée dans The Astronomical Journal.

Une chasse aux exoplanètes très fructueuse

Lancé en 2009, Kepler a trouvé plus de 2 600 exoplanètes, dont la grande majorité possède une taille se situant entre celle de la Terre et celle de Neptune (4 fois le diamètre de notre planète bleue).

Les chercheurs qui ont mis au jour Wolf 503 b affirment que c’est l’occasion d’en apprendre davantage sur les exoplanètes de cette grosseur. S’agit-il de super-Terre ou d’une planète gazeuse comme Neptune?

Après avoir été scrutée par Kepler, l’exoplanète Wolf 503 b pourrait aussi être sous la loupe du nouveau télescope James Webb, qui devrait être lancé en 2021. James Webb pourrait ainsi aider les scientifiques à étudier la composition de l’atmosphère et la comparer avec celles des  planètes de notre système solaire.

Un pas de plus pour déterminer si une autre planète pourrait être habitable, et si nous sommes seuls dans le cosmos!

Publicité

À lire aussi

Espace

Du sel sur Europe

Les lignes à la surface d'Europe serait du sel issu d'un océan souterrain.
Québec Science 13-05-2015
Espace

Vie sur Mars: en avoir le coeur net

Destination favorite des auteurs de science-fiction, Mars et ses Martiens ont alimenté bien des fantasmes. La planète a-t-elle hébergé la vie ? Les scientifiques veulent avoir le fin mot de l’histoire.
Marine Corniou 31-08-2018
Espace

Comment détecte-t-on les exoplanètes?

Comment les astronomes détectent-ils les exoplanètes, ces planètes qui orbitent autour d'étoiles lointaines?
Marine Corniou 12-04-2018