Publicité
Santé

Des antibiotiques contre l’appendicite

19-10-2018

Photo: Pixabay

Dans certains cas, pour guérir d’une appendicite, les patients peuvent éviter le bistouri en recevant plutôt un traitement antibiotique.

L’appendicite est l’inflammation soudaine de l’appendice. Elle doit être prise au sérieux, car des complications graves peuvent survenir s’il y a rupture de l’appendice. Habituellement, les médecins procèdent à une intervention chirurgicale pour retirer cette portion de chair de quelques centimètres, mais voilà que des chercheurs finlandais proposent de soigner l’appendicite à l’aide d’antibiotiques (ertapénem, lévofloxacine et métronidazole) pendant une période de 10 jours. Avec les avancées dans l’imagerie médicale pour obtenir un meilleur diagnostic, et s’assurer qu’une opération n’est pas nécessaire, cette alternative peut plaire à ceux qui ne veulent pas passer sous le bistouri.

Dans cet essai randomisé contrôlé publié en septembre dernier dans le Journal of the American Medical Association, les chercheurs du Turku University Hospital ont comparé les deux méthodes où 530 participants âgés de 18 à 60 ans (201 femmes et 329 hommes) ont été traités soit par chirurgie, soit par traitement antibiotique. Il est à noter que ce sont des cas où l’appendicite était catégorisée comme aiguë non compliquée.

En tout, 256 patients ont reçu les antibiotiques. De ce lot, au cours des cinq années suivant le traitement, 93 patients ont subi une appendicectomie. Selon les résultats, le taux de succès du traitement antibiotique est de 63,7 %, ce qui fait dire aux chercheurs que cela pourrait être une alternative à la procédure chirurgicale mais aussi une solution de remplacement là où les ressources sont plus limitées.

Cela remet aussi en question la croyance selon laquelle «l’appendicite entraîne inévitablement une infection intra-abdominale grave si l’appendicectomie n’est pas réalisée».

Publicité

À lire aussi

Santé

Quels symptômes «bizarres» pour la COVID-19?

Nous recevons toutes sortes de questions au sujet de symptômes inhabituels de la COVID-19.
Santé

Organes recherchés

Au Québec, près de 1300 personnes attendent un rein, un cœur, un foie, un poumon ou un pancréas. À peine le tiers d’entre elles seront opérées dans l’année, et 50 mourront après avoir patienté en vain. Pourtant, 90% des Québécois se disent prêts à donner leurs organes après leur mort. Qu’est-ce qui cloche?
Pascale Millot 23-11-2012
Santé

Lien entre prise de contraceptifs à l’adolescence et dépression à l’âge adulte

La prise de contraceptifs oraux à l’adolescence est associée à un risque accru de dépression des années plus tard, selon une nouvelle...
Marine Corniou 30-08-2019