Publicité
Santé

Deux nouveaux antibiotiques prometteurs au mode d’action inédit

12-02-2020

Une bactérie, Bacillus subtilis, traitée avec la corbomycine. Photo: Wright lab/Christy/ McMaster University

Des chercheurs ont découvert deux nouveaux antibiotiques au mécanisme d’action inédit. Un espoir contre l’antibiorésistance?

La résistance aux antibiotiques est une menace pour la santé mondiale, selon l’Organisation mondiale de la santé. En plus d’une meilleure gestion des infections et des traitements, il est urgent de s’armer d’outils innovants. Des chercheurs nord-américains (Université McMaster, Université Indiana, Université de Montréal) ont peut-être mis la main sur deux nouveaux antibiotiques: la complestatine et la corbomycine, décrites dans la revue Nature.

Ces deux substances de la famille des glycopeptides agissent via un mode d’action inédit, et s’attaquent à une composante essentielle de la paroi bactérienne. Elles ont été découvertes grâce à des analyses détaillées du génome de bactéries de l’environnement, des actinomycètes, qui produisent naturellement divers composés antibiotiques.

Entraver la croissance

Comme l’explique l’un des auteurs, Yves Brun, chercheur microbiologiste à l’Université de Montréal, les bactéries possèdent une paroi cellulaire qui les encapsule. Cette structure vitale leur confère rigidité et protection. «La paroi de la bactérie est une sorte de cage. Pour l’agrandir, il faut couper des maillons pour y insérer de nouveaux morceaux», illustre le chercheur.

Ce sont des enzymes – des hydrolases –, essentielles à la croissance et la division des bactéries, qui sont responsables d’effectuer ces coupures. Alors que d’autres antibiotiques, comme la pénicilline, inhibent ces enzymes, les deux nouveaux composés vont s’attacher directement à la paroi cellulaire. «Ces antibiotiques bloquent l’accès aux enzymes qui sont nécessaires pour briser la « cage » et empêchent donc la croissance et la division des bactéries», dit le chercheur montréalais.

Au microscope, les bactéries exposées aux molécules prennent une forme allongée, comme des spaghettis, alors qu’elles ressemblent habituellement à de petits bâtonnets.

Pour s’assurer du potentiel thérapeutique de leurs antibiotiques, le groupe de chercheurs est passé de la boîte de pétri au modèle animal en traitant de façon efficace des souris ayant une infection cutanée à Staphyloccoccus aureus, une bactérie très souvent résistante aux antibiotiques.

Selon les premières constatations, les risques d’émergence de résistance face à ces nouveaux antibiotiques sont faibles car, pour contrer ces substances, les bactéries doivent changer complètement leur paroi cellulaire pour empêcher les antibiotiques de s’y fixer.

Mais le chercheur en est bien conscient: les bactéries trouvent toujours une façon de contourner ce genre d’obstacle et c’est pourquoi il faut continuer à chercher de nouveaux antibiotiques et comprendre les mécanismes de base des bactéries, dont le processus de fabrication de la paroi cellulaire.

Publicité

À lire aussi

Santé

La fabrique des fous

Le philosophe Jean-Claude St-Onge dénonce avec fougue, dans un livre-choc, la collusion entre la bio-psychiatrie et l’industrie pharma­ceutique. Selon lui, derrière l’épidémie des troubles de santé mentale se cache un business éhonté.
Québec Science 22-05-2013
Santé

Comment soigner une tendinite?

Comme une roche dans un soulier, la tendinite se loge tranquillement dans le quotidien avant de le gâcher. Comment traiter ce mal?
Maxime Bilodeau 17-05-2018
Santé

Lien entre prise de contraceptifs à l’adolescence et dépression à l’âge adulte

La prise de contraceptifs oraux à l’adolescence est associée à un risque accru de dépression des années plus tard, selon une nouvelle...
Marine Corniou 30-08-2019