Publicité
Santé

La douleur diffère chez l’homme et la femme

22-03-2019

Photo: Unsplash

Des chercheurs éclaircissent un peu plus le mystère entourant la douleur chronique neuropathique, qui serait différente chez les hommes et les femmes.

Une équipe de chercheurs américains a découvert de nouvelles cibles à explorer pour traiter la douleur, selon leurs résultats publiés dans Brain.

Des traitements dérivés de recherches effectuées à partir de modèles animaux ont échoué ces dernières années notamment parce qu’il y a des différences moléculaires et cellulaires entre les animaux et les humains.

C’est pourquoi les chercheurs américains se sont concentrés sur l’étude directe de cellules et de tissus humains, plus spécifiquement les neurones du ganglion spinal. Ceux-ci ont été prélevés chez des patients (8 femmes, 18 hommes) dont on avait retiré une tumeur située dans la moelle épinière.

Ces patients souffraient depuis plus de six mois de douleurs neuropathiques chroniques (qui affectent le système nerveux, sans lien avec la tumeur). Ces douleurs peuvent ressembler à des décharges électriques, à des picotements ou même donner l’impression de recevoir des coups de couteau dans le cou ou le dos.

Les scientifiques ont étudié l’activité électrique des neurones et ont effectué un séquençage génétique (appelé séquençage de l’ARN ou RNA-Seq) pour identifier les gènes exprimés dans ces cellules. Ils ont classifié les gènes identifiés selon la douleur ressentie et le sexe de l’individu. Les scientifiques tentaient à la fois de trouver comment la douleur affecte l’activité des gènes et comment la douleur est signalée à travers le corps.

Une réponse différente selon son sexe

Aidés par l’intelligence artificielle, ils ont découvert que 50 à 60 gènes sont liés à la douleur neuropathique. Les chercheurs ont ciblé dix de ces gènes qui semblent plus prometteurs.

«Ce sont des gènes qui appartiennent à des réseaux impliqués dans la signalisation et la réponse immunitaires et ils sont exprimés différemment chez les hommes et les femmes», précise Pradipta Ray dans le communiqué de presse. Les gènes activés dans les cellules diffèrent donc selon le sexe et le niveau de douleur.

Les chercheurs le soulignent : l’échantillon de patients est restreint à 26 personnes. Mais il semble que les hommes et les femmes ont une réponse immunitaire distincte face à la douleur. Chez les hommes, ce sont les macrophages (des globules blancs) qu’on retrouve en grande quantité alors que chez les femmes, ce sont plutôt les neuropeptides.

Alors qu’environ 7 à 10 % de la population souffre de douleurs chroniques, ce type d’avancée pourrait mener à des médicaments adaptés pour chaque sexe.

En 2015, une équipe de l’Université McGill et de l’université Duke révélait des différences entre les mâles et femelles souris;  ils n’utilisent pas les mêmes cellules immunitaires pour transmettre le signal de douleur au système nerveux.

Publicité

À lire aussi

Santé

Qu’est-ce qu’une maladie autoimmune?

Diabète de type 1, sclérose en plaques, polyarthrite rhumatoïde, colite ulcéreuse : il existe une centaine de maladies autoimmunes différentes. Leur point commun ? Toutes résultent d’un dysfonctionnement du système immunitaire.
Marine Corniou 23-05-2018
Santé

Repenser la relation entre le patient et son médecin

Les médecins sont malades, dit le docteur Marc Zaffran. Et ce sont les patients qui disposent du meilleur traitement pour les soigner.
Pascale Millot 03-10-2012
Santé

Identifier les causes de la maladie mentale en décodant le génome

Une personne sur cinq souffrira d'un problème grave de santé mentale au cours de son existence. On cherche des moyens de mieux diagnostiquer ces maladies complexes et taboues.