Publicité
Santé

Le VIH dévoile ses faiblesses

12-04-2019

Le VIH (en vert) sous microscopie électronique à balayage. Image: CDC/Cynthia Goldsmith

Forcé dans une certaine configuration, le VIH s’avère vulnérable face au système immunitaire.

Une étude publiée récemment dans Cell Host & Microbe par un groupe de chercheurs internationaux, dont un chercheur de l’Université de Montréal, démontre que le virus peut «s’ouvrir» et devenir plus vulnérable face au système immunitaire. Ils comparent le virus à une boîte de conserve, qu’ils ont réussi à ouvrir pour en visualiser l’intérieur.

Le VIH a une enveloppe extérieure flexible constituée de glycoprotéines, qui échappent habituellement au système immunitaire. Ces glycoprotéines, HIV-1 Env, s’attachent à leurs cibles, les globules blancs appelés lymphocytes T CD4. Une fois accroché, le virus entre dans les lymphocytes et amorce le cycle d’infection. Mais les chercheurs ont découvert que, lorsque le VIH commence à interagir avec le lymphocyte, les glycoprotéines HIV-1 Env changent de configuration, dévoilant du même coup «l’intérieur» du virus qui est alors reconnaissable par le système immunitaire. Un peu comme si le couvercle de la boîte de conserve s’ouvrait juste avant l’infection.

L’équipe a pu étudier cet état de vulnérabilité en employant un mélange de molécules synthétiques qui imitent les lymphocytes CD4 (décrit dans une précédente étude publiée en 2015), forçant le VIH à changer de configuration et à s’exposer au système immunitaire.

Ce changement de configuration de l’enveloppe du VIH a été observé à la Tufts University grâce à une nouvelle technologie appelée single molecule Förster resonance energy transfer ou smFRET. Dans un communiqué de presse, Andrés Finzi, chercheur au CRCHUM et professeur à l’Université de Montréal indique que «la caractérisation de la nouvelle forme de l’enveloppe du virus révèle des détails uniques sur la vulnérabilité du VIH qui pourraient être utiles dans des stratégies visant son éradication.»

Même si on est encore bien loin d’un médicament, cette percée ouvre assurément de nouvelles voies pour éliminer le virus, qui continue à être un problème de santé mondial avec 36,9 millions de personnes infectées (statistiques de 2017).

On voit ici une glycoprotéine du VIH et sa configuration, qui était jusqu’à présent inconnue (en couleur) par imagerie. Image: Isabelle Rouiller/University of Melbourne

Publicité

À lire aussi

Santé

Comment arrêter de ronfler?

Le ronflement est le signe d’une résistance dans les voies respiratoires supérieures pendant l’inspiration, mais aussi parfois à l’expiration.
Annie Labrecque 17-05-2018
Santé

Que faire en cas de migraine?

Près des trois quarts des adultes dans le monde ont eu mal à la tête au cours de l’année écoulée, estime l’Organisation mondiale de la santé.
Marine Corniou 17-05-2018
Santé

Santé: Cinq questions de nos lecteurs

Diabète, démangeaisons, cellulaire et risques de cancer: les lecteurs de Québec Science ont aussi des questions de santé qui les turlupinent. En voici cinq.
Québec Science 17-05-2018