Publicité
Santé

Que faire pendant une crise de panique?

17-06-2018

Illustration: Benoît Tardif

Que faire si une crise de panique et ses symptômes inquiétants se présentent? «Rien !» affirme la psychologue et cofondatrice de la Clinique de l’anxiété et de la dépression à Québec, Vicky Murray.

Les crises de panique apparaissent sans crier gare, alors que vous conduisez vers la maison ou que vous magasinez des brosses à dents. La gorge se serre, le cœur palpite, la nausée s’installe, ou encore des douleurs thoraciques vous gênent; dans tous les cas, un sentiment de terreur domine.

Le mieux reste d’attendre que tout ça passe, soit environ 20 minutes.

« L’adrénaline a été envoyée dans le sang, car notre cerveau a décidé de nous sauver la vie, même s’il n’y a pas de danger réel, explique la psychologue. C’est une fausse alarme. Tout comme on ne sortirait pas en courant de la maison avec les enfants simplement parce que le détecteur de fumée retentit à cause d’un petit dégât dans le four. Il ne faut pas succomber à l’énervement. C’est très désagréable, mais ce n’est pas dangereux. Assoyez-vous et respirez par le ventre pour éviter l’hyperventilation qui augmente l’inconfort. »

Plus vous luttez contre les symptômes, plus vous augmentez le sentiment de danger et plus le cerveau produit d’hormones de stress, ce qui accentuera le malaise.

Fuir la situation – votre véhicule ou la pharmacie, par exemple – est également une mauvaise idée. « Ce sera très difficile de revenir ensuite dans le même genre de lieu, assure Vicky Murray. Les gens peuvent développer de l’agoraphobie, c’est-à-dire la peur de faire une attaque de panique dans une situation où ce serait difficile de s’échapper. » Bonjour l’isolement.

Nul n’est à l’abri : plus d’une personne sur cinq fera au moins une crise de panique au cours de sa vie. « Parfois, c’est parce qu’on est plus fatigué, ou qu’on a bu beaucoup de café ou de boisson énergisante. J’ai souvent vu des crises à la suite de la consommation de marijuana ou d’alcool. »

Auprès d’un petit pourcentage de personnes, les crises se transformeront en trouble; on estime le taux de prévalence au cours de la vie à 1 % ou 2 %. « Pour ces gens, la peur de faire une attaque de panique déclenche des attaques. Je dis souvent qu’on arrête d’en faire le jour où ça ne nous dérange plus d’en faire. »

Certains confondent la crise de panique avec un malaise cardiaque ou une schizophrénie soudaine, et ont alors le réflexe de consulter; plusieurs se rendent même aux urgences en ambulance. « C’est plutôt inutile dans les faits, surtout que les symptômes auront disparu le temps de se rendre », rappelle Vicky Murray.

Bref, pas de panique.

Cet article fait partie d’un dossier répondant aux 50 questions de santé les plus fréquemment entrées par les Québécois dans le moteur de recherche Google. Pour accéder à toutes les questions de santé, cliquez ici.

 

Publicité

À lire aussi

Santé

Le liquide amniotique, source de cellules souches

Le liquide amniotique est une source précieuse de cellules souches. Des chercheurs suédois proposent de le collecter plutôt que de le jeter.
Marine Corniou 05-12-2017
Santé

Le mythe de la détox

Olivier Bernard, alias le Pharmachien, déboulonne le mythe de la détox...
Santé

Quels sont les symptômes d’une intolérance au gluten?

Mal de ventre, constipation, diarrhée, ballonnements, fatigue, infertilité: les symptômes d'intolérance au gluten sont multiples.
Etienne Masse 17-05-2018