Publicité
Santé

Qu’est-ce qui cause la haute pression artérielle? Comment l’abaisser?

11-05-2018

On l’appelle «le tueur silencieux» : l’hypertension artérielle ne cause généralement aucun symptôme. « Contrairement à la tension nerveuse qui crée un sentiment d’anxiété, la haute pression ne se remarque pas, même si elle peut parfois entraîner des maux de tête », rappelle Lyne Cloutier, présidente de la Société québécoise d’hypertension artérielle.

C’est néanmoins le premier facteur de risque cardiovasculaire, directement lié à 13 % des décès dans le monde, selon l’OMS.

Cette pathologie correspond en fait à une pression élevée du sang contre les parois des vaisseaux. Cette pression, générée par le cœur à chaque battement lorsqu’il éjecte du sang dans les artères, est ce qu’on mesure lorsqu’on prend la « tension ». Normalement, celle-ci est d’environ 120 mmHg (millimètres de mercure) quand le cœur se contracte et de 80 mmHg quand il se relâche, c’est pourquoi on la note 120/80. « On parle d’hypertension artérielle au-delà de 140/90 mmHg. À partir de ce seuil, le risque d’avoir des complications est élevé », explique Mme Cloutier qui est aussi professeure au département des sciences infirmières de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Car une pression trop forte en permanence endommage les vaisseaux, mais aussi le cœur qui doit pomper plus fort. « Au Québec, une personne sur cinq est hypertendue. Après 65 ans, c’est une sur deux. Selon le type d’artère endommagé, les complications peuvent toucher le cerveau (AVC, démence vasculaire), le cœur (infarctus, insuffisance cardiaque), les reins (insuffisance rénale), la rétine (cécité) », énumère la spécialiste.

L’hypertension multiplie par six le risque d’accident vasculaire cérébral, par exemple. Et elle est encore plus problématique lorsque le patient souffre aussi de diabète, d’obésité, d’hypercholestérolémie, ou s’il fume, des facteurs qui augmentent eux aussi le risque de maladies cardiovasculaires. « La bonne nouvelle, c’est qu’on peut très bien contrôler l’hypertension », rappelle Lyne Cloutier. On peut aussi la prévenir, dans une certaine mesure, en adoptant de saines habitudes de vie.

D’ailleurs, une fois la maladie installée, certaines mesures peuvent être aussi efficaces qu’une pilule pour faire baisser les « chiffres tensionnels » : réduire la quantité de sel dans l’alimentation, faire une activité physique régulière (30 minutes de marche rapide par jour), perdre du poids et privilégier une diète riche en fruits et légumes. « Mais il s’agit d’une maladie et la prise d’un médicament peut être nécessaire en plus de ces changements. Cela ne doit pas être vu comme quelque chose de négatif, d’autant qu’on a accès à un grand choix de médicaments », tient à préciser Lyne Cloutier.

Selon une étude parue en 2016, 68 % des hypertendus canadiens réussissaient à contrôler leur maladie en 2013, un taux qui est plutôt de 50 %, voire moins, dans les autres pays développés.

Quant aux causes, elles ne sont pas tout à fait élucidées, même si des facteurs génétiques et environnementaux entrent en jeu. L’âge joue également un rôle : le vieillissement est associé à une perte d’élasticité des artères, qui contribue à l’augmentation de la pression.

Basse pression

Les cardiologues ont coutume de dire que plus la pression artérielle est basse, mieux c’est. Une pression artérielle inférieure à 100/60 mmHg peut toutefois entraîner fatigue chronique, vertiges et malaises. Elle peut survenir en cas d’infection, de déshydratation et d’insuffisance cardiaque. Des baisses de tension subites, lors des changements de position – ce qu’on appelle l’hypotension orthostatique –, sont des causes fréquentes de malaises. Elles sont généralement liées à une dysfonction du système nerveux autonome, secondaire à certaines pathologies comme le diabète, des infections et des maladies neurologiques. Une consultation auprès d’un professionnel de la santé est nécessaire.

Cet article fait partie d’un dossier répondant aux 50 questions de santé les plus fréquemment entrées par les Québécois dans le moteur de recherche Google. Pour accéder à toutes les questions de santé, cliquez ici.

 

Publicité

À lire aussi

Santé

Cancer: où en est la recherche au Québec?

Première cause de mortalité dans la province, le cancer donne du fil à retordre aux chercheurs. Comment font-ils front vaincre ce tueur?
Marine Corniou 16-05-2019
Santé

Inquiétude face aux implants Essure

La méthode de contraception Essure soulève des questionnements quant à son innocuité.
Marine Corniou 20-12-2016
Santé

Le sucre, c’est pas du gâteau

Partout sur la planète, la consommation de sucre explose. Mais notre propension envers le sucre serait-elle une menace pour la santé publique, au même titre que l’alcool et le tabac?
Catherine Girard 23-11-2012