Publicité
Sciences

Les chiens d’assistance ont-ils leur place au labo?

03-02-2020

Photo: Doris Dahl

Sampson est le premier chien d’assistance à faire son entrée dans un laboratoire de l’Université de l’Illinois. Un accommodement qui pourrait devenir de plus en plus populaire sur les campus.

Vêtu d’un sarrau, de bottillons de protection et de lunettes de sécurité, Sampson franchit chaque jour les portes d’un laboratoire à l’Université de l’Illinois où sont formés des étudiants en neurosciences et en génétique. Mais contrairement à ces derniers, il ne manipule ni pipettes ni lamelles de microscope. Il reste assis sagement sur son coussin, veillant de près sur sa maîtresse, Joey Ramp.

Sampson est un chien d’assistance. Sa présence continuelle permet à Joey Ramp de poursuivre une carrière en recherche malgré les nombreuses séquelles physiques et psychologiques que lui a laissées un grave accident de cheval. « Il est capable de déceler les symptômes d’un malaise avant même que je les perçoive ; il vient s’appuyer contre moi s’il sent que je perds l’équilibre ; il me rappelle de prendre des pauses s’il me sent fatiguée », raconte la femme de 54 ans qui se bat pour que les chiens d’assistance soient admis dans les laboratoires de recherche.

En effet, ce type d’accommodement demeure assez rare. Aux États-Unis, comme au Canada, les chiens d’assistance, clairement identifiés, sont admis dans les lieux publics, mais interdits dans certains endroits pour des raisons d’hygiène et de sécurité… comme la grande majorité des laboratoires. « Cela est toutefois appelé à changer parce que de plus en plus de personnes présentent des syndromes nécessitant un soutien animal », déclare Joey Ramp. Selon l’organisation Assistance Dogs International, le nombre de chiens-guides et d’assistance répertoriés en Amérique du Nord, en Océanie et en Asie est passé de 10 769 à 19 144 entre 2009 et 2017.

Sampson est le premier chien d’assistance à faire son entrée dans un laboratoire de l’Université de l’Illinois. Au préalable, il a suivi un entraînement de huit mois. Il a appris entre autres à tolérer ses vêtements de protection, à entrer et à sortir d’une douche d’urgence, à demeurer couché pendant plusieurs heures sur un coussin situé sous une table et à ne ramasser aucun objet sur le sol.

Malgré tout, il ne peut circuler partout : les sections où se trouvent les rats et les souris lui sont défendues. « L’administration universitaire estime que les rongeurs ne supporteraient pas la présence d’un chien parce qu’il s’agit d’un prédateur et donc que cela fausserait des études. Toutefois, il n’y a aucune donnée solide à ce sujet », rapporte Joey Ramp, pour qui il s’agit d’une forme de discrimination. Elle n’en continue pas moins son travail de sensibilisation, qui porte ses fruits : cinq autres chiens d’assistance ont eu récemment accès aux laboratoires du campus. « Je sens un vent de changement, affirme-t-elle. Les professeurs comprennent que cet accommodement exige très peu d’adaptation de leur part et que cela permet à des hommes et des femmes de réaliser leur rêve de devenir scientifiques. »

Publicité

À lire aussi

Sciences

Comprendre le vieillissement: où en est la science?

Freiner le vieillissement, prolonger la durée de vie ou même faire rajeunir les organes fatigués : ces rêves de scientifiques un peu fous sont en passe de devenir réalité.
Marine Corniou 18-10-2014
Sciences

Algorithmes: les maths discriminatoires

En théorie, les algorithmes sont neutres. En pratique, ils peuvent bouleverser des vies, en décidant qui a droit à un prêt étudiant, à un emploi et même à une peine de prison plus clémente.
Laurie Noreau 29-06-2017
Sciences

Cartographier l’océan

Les fonds marins sont les archives du climat. Les couches de sédiments qui les composent portent les traces des événements qui se sont produits, il y a plusieurs milliers d’années.
Québec Science 26-11-2012