Publicité
Sciences

La chimie du tatouage semi-permanent

15-09-2020

Image: INKBOX

Christopher Caputo et son équipe tentent de comprendre pourquoi la «génipine», une substance incolore utilisée pour les tatouages semi-permanents, bleuit la peau.

Il y a les tatouages qui durent toujours, et qu’on peut regretter. Il y a aussi les temporaires, qu’une simple douche estompe. Christopher Caputo travaille sur l’entredeux.

Sur les vitres de son laboratoire, des dizaines de molécules sont dessinées au marqueur, comme si un savant fou était passé par là. C’est que l’équipe du professeur de l’Université York doit se creuser la cervelle pour mener à bien cette mission, qui peut sembler superficielle de prime abord, mais qui se révèle fascinante quand on se rend à son derme. « Quand je me suis penché pour la première fois sur la science des tatouages, j’ai été renversé de voir tout ce qu’il restait à apprendre », dit celui qui se consacre habituellement à la chimie inorganique fondamentale.

Il a reçu 450 000 $ du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada pour un projet en partenariat avec la jeune entreprise Inkbox. Cette dernière vend des tatouages semi-permanents faits à partir d’un composé extrait du fruit de l’arbuste Genipa americana. Appelée « génipine », cette substance incolore bleuit la peau pour une quinzaine de jours − elle était déjà utilisée à cet effet par les Incas.

Sur le plan moléculaire

Christopher Caputo et son équipe tentent d’abord de comprendre pourquoi cette couleur apparaît. « Pour les tatouages permanents, on sait que, en plantant des aiguilles dans la peau, le processus de cicatrisation enferme l’encre. Avec la génipine, un lien chimique covalent s’établit avec les cellules à la surface de la peau. Le tatouage est donc durable jusqu’à ce que ces cellules meurent naturellement, au bout de deux semaines. »

Mais quelle est exactement, sur le plan moléculaire, la source de la couleur ? C’est ce qu’ils sont en train de découvrir dans l’espoir de dompter le mécanisme pour créer une variété de couleurs. « C’est plus difficile qu’on le pensait », reconnaît le jeune professeur. L’idée est de modifier la structure de la molécule, et donc ses propriétés, grâce à des réactions en laboratoire. L’équipe espère « que des modifications mineures changeront tout », c’est-à-dire qu’elles feront naître des coloris inédits.

Christopher Caputo rêve que ces nouvelles molécules soient un jour employées dans l’industrie du textile. La production de vêtements entraîne le rejet d’environ 280 000 tonnes de teintures synthétiques dans les cours d’eau chaque année à l’étape du rinçage, selon des estimations de 2005. Une chercheuse allemande évoquait en 2016 la possibilité d’utiliser la génipine comme colorant alimentaire ; là encore, il est possible d’imaginer un éventail de couleurs dérivées. « Parler de chimie fondamentale, souvent, c’est comme parler une autre langue ! Mais elle peut mener à de nouveaux produits utiles dans la vie quotidienne », se réjouit le chercheur.

Publicité

À lire aussi

Sciences

Cacher ce chocolat que pitou ne saurait voir

Noël et Pâques sont les deux périodes de l’année pendant lesquelles les cas d’empoisonnement au chocolat chez des chiens sont les plus fréquents, conclut une étude britannique.
Maxime Bilodeau 21-12-2017
Sciences

Voyage au coeur d’un estomac artificiel

Que se passe-t-il dans votre estomac lorsque vous engloutissez une pointe de pizza ou un biscuit au chocolat?
Jean-Luc Lorry 15-02-2018
Sciences

La première victime d’un boomerang?

Ce squelette trouvé en Australie est probablement mort après avoir reçu un coup de boomerang.
Québec Science 21-10-2016