Publicité
Sciences

Fenêtres sur le cerveau

21-09-2012

Anne-Marie Gagné (au premier plan),

[mks_col]

[mks_one_half]Tchiiik! Tchiiik! Tchiiik! La machine chuinte et, chaque fois, un éclat de lumière frappe mes rétines. Le front appuyé sur une bande de plastique, le menton niché dans une cavité, je scrute l’intérieur d’un appareil qui ressemble vaguement à l’un de ceux qu’utilise mon optométriste. Si j’étais une vraie patiente, j’aurais les mains moites, car cet examen pourrait révéler des secrets sur ma santé mentale.[/mks_one_half]

[mks_one_half]

Anne-Marie Gagné (au premier plan),
de l’Institut universitaire de recherche
en santé mentale de Québec, scrute
le fonctionnement de notre cerveau
en observant les mouvements de
notre rétine. © Université Laval

[/mks_one_half]

[/mks_col]

«Attention, les derniers flashs sont très éblouissants», prévient avec amabilité Anne-Marie Gagné. La professionnelle de recherche – 30 ans et un sourire à fossettes – a reçu de nombreux volontaires dans ce laboratoire de l’Institut universitaire de recherche en santé mentale de Québec. Elle y perfectionne une technologie prometteuse, l’électrorétino­gramme (ERG), qui capte les mouvements de la rétine pour déduire ce qui se passe entre les deux oreilles.
«La rétine est une extension du cerveau. Pendant le développement de l’embryon, elle migre sur un fil à partir du tube neural, où se forme le système nerveux central», explique cette jeune maman.

Lire la suite dans notre numéro d’octobre 2012

Publicité

À lire aussi

Sciences

La biologie synthétique ou la vie en version 2.0

Fabriquer de nouveaux gènes. Réécrire des génomes entiers. Repenser la vie elle-même. Tout cela est désormais possible grâce à la biologie synthétique.
Joël Leblanc 22-01-2020
Sciences

Ouragan Maria: Les singes traumatisés de Porto Rico

Des chercheurs traquent l’onde de choc de l’ouragan Maria jusque dans les cellules de macaques rhésus qui en ont subi les effets.
Les 10 découvertes de 2019

L’énigme génétique des introns est résolue

Des portions du génome jusqu'ici considérées comme inutiles servent finalement à la survie des cellules quand les temps sont durs.