Publicité
Sciences

Guerre 14-18: Le dénouement et le temps d’une paix (4/4)

18-02-2015

Ce sera le tout pour le tout. Le général allemand Erich Ludendorff décide de mettre le paquet pour en finir avec cette guerre qui n’en finit pas. Sur les 228 divi­sions que compte l’ensemble de l’armée allemande, il en mobilise 190 – soit 1 260 000 soldats – sur le front occidental. Tout le long de la ligne, où sont figées les armées depuis des mois, il déploie une artillerie d’enfer – un canon tous les 10 m – pour appuyer un assaut mené par des troupes de choc équipées de mitrailleuses et de lance-flammes. Le 21 mars 1918, il ordonne l’attaque. Elle est fulgurante. En une journée, les troupes du kaiser réussissent à enfoncer les lignes alliées et avancent de plusieurs dizaines de kilomètres. Les pertes britanniques sont très lourdes. Plus au nord, en Flandre, une autre offensive d’envergure débute le 9 avril; elle est tout aussi dure. Le 27 mai, Ludendorff lance des attaques – encore réussies – en Champagne et le long du Chemin des Dames pour ouvrir la route de Paris. La victoire semble ne plus faire de doute.

Mais ces succès ne rencontrent pas la sympathie souhaitée à Berlin ni ailleurs dans l’Allemagne soumise au blocus depuis l914. En effet, la puissante flotte britannique empêche le trafic maritime par la mer du Nord. L’Allemagne peine à nourrir sa population, au point que plus de un demi-million de civils y mourront de faim pendant ces funestes années. Des émeutes éclatent. Un important mouvement de grèves ébranle le régime impérial. Puis, au front, les munitions viennent à manquer pour l’armée allemande qui commence à s’épuiser. Une autre année de tranchées pour les soldats?

Lire la suite dans le numéro de Mars 2015

Publicité

À lire aussi

Sciences

Domestication du chien: les loups parmi nous

Il a fallu 30 000 ans pour transformer le loup en chihuahua, en caniche ou en bouledogue. Et en faire notre meilleur ami.
Joël Leblanc 21-07-2015
Sciences

La tortue, grande gagnante de la course contre le lièvre

Ce n’est pas qu’une fable d’Ésope. S’ils devaient s’engager dans une éternelle course, la tortue triompherait contre le lièvre, selon un chercheur américain.
Annie Labrecque 30-08-2018
Sciences

La science des bières de fermentation spontanée

Le Québec brassicole se lance dans l'aventure des bières de fermentation spontanée. Bactéries et levures sauvages, au boulot !
Joël Leblanc 18-12-2018