Publicité
Sciences

Il y a 13 000 ans, des humains marchaient sur les plages canadiennes!

29-03-2018

Crédit: Duncan McLaren CC-BY

224 000 000 : c’est le nombre approximatif de pas qu’un humain de 65 ans aura faits dans sa vie. Du lot, certains pas laissent, rarement, des empreintes dans le sol. Empreintes que les archéologues peuvent parfois retrouver, des milliers d’années plus tard.

C’est ce qui vient de se passer en Colombie-Britannique, sur l’île Calvert. Des chercheurs de l’université de Victoria ont mené des fouilles intensives pour retrouver des traces tangibles des premiers peuples ayant colonisé la côte ouest du continent américain.

Partant du principe que le niveau de la mer était, il y a environ 14 000 ans, inférieur de 2 à 3 mètres à ce qu’il est aujourd’hui, l’équipe a fouillé dans les sédiments des plages, à marée basse. Les chances de trouver quelque chose étaient minces, mais les chercheurs ont eu la main heureuse: ils ont découvert 29 empreintes de pieds nus, d’au moins 3 pointures différentes, ayant probablement appartenu à deux adultes et un enfant.

L’article, publié dans PLOS ONE, confirme avec une datation au carbone 14 que des populations étaient bien présentes sur place il y a environ 13 000 ans.

Plusieurs autres études suggèrent que la colonisation s’est en fait produite plus de 10 000 ans plus tôt, notamment celle d’Ariane Burke, à l’Université de Montréal.

 

Publicité

À lire aussi

Sciences

Québec Science a besoin de votre appui

Québec Science a poursuivi, en 2014, son excellent travail de pertinence et de rigueur. Ses lecteurs lui sont fidèles, et nous les en remercions. Mais la dernière année a été difficile, dans le monde du magazine, au Québec en particulier. L'éditeur Pierre Sormany présente son bilan.
Pierre Sormany 08-01-2015
Sciences

Le Nobel fait mal à la physique

La quête du prestigieux prix Nobel décourage les expériences innovantes et les collaborations, dénonce le cosmologiste Brian Keating.
Alexis Riopel 04-10-2018
Les 10 découvertes de 2018

Une molécule prometteuse contre la malaria

Une molécule dérivée d’une plante pourrait devenir le premier traitement contre l'une des complications les plus dangereuses de la malaria.