Publicité
Sciences

Le début d’un long périple chez les jeunes manchots empereurs

23-01-2019

Photo: Vincent Munier

Des chercheurs ont enfin réussi à suivre le périple des petits manchots empereurs, après leur départ du nid à tout juste 5 mois.

Une étude publiée dans Marine Ecology Progress Series par des chercheurs américains et français vient de faire la lumière sur le périple des jeunes manchots empereurs à la suite de leur départ de la colonie. Réussir à suivre les oiseaux marins sur de grandes distances en Antarctique est en soi un exploit, tant les conditions sont hostiles.

En décembre 2013, période à laquelle la température se réchauffe et où la glace laisse place à de nombreux passages dans les eaux, les chercheurs ont sélectionné 15 petits manchots avant qu’ils ne partent vers la mer. Ils les ont marqués avec un dispositif fixé sur le dos et ont ainsi pu les suivre pendant plusieurs mois par satellite (localisation, mouvement horizontal et vertical). Dans le lot, deux appareils ont cessé de fonctionner après moins d’un jour et un troisième après 31 jours. Les biologistes ne savent pas si cela est dû à une défaillance du dispositif ou bien s’il est arrivé quelque chose à l’animal. Cependant, les chercheurs ont pu recueillir les données de plus de 62 000 plongées grâce aux 12 autres marqueurs, qui ont enregistré des parcours d’une durée de 86 à 344 jours.

Selon les scientifiques, «le premier voyage en mer est crucial pour les manchots, car la nourriture doit être acquise à un rythme élevé pour s’assurer que la condition corporelle et l’isolation sont suffisantes pour survivre et augmenter les capacités de plongée». Ils ont constaté que les petits se sont dirigés au nord de la Terre Adélie où les eaux plus chaudes leur ont permis de s’exercer à la nage et à la plongée. «Ce n’est pas quelque chose que leurs parents leur apprennent. Lorsqu’ils entrent dans l’eau pour la première fois, ils sont très maladroits et peu sûrs d’eux. Ils ne sont pas encore des nageurs rapides et gracieux comme le sont leurs parents», mentionne l’une des chercheuses dans un communiqué.

Ensuite, en avril-mai, ils bifurquent vers le sud pour se nourrir de krill et de poissons. Ils y restent pendant de longs mois, plongeant de plus en plus profondément – jusqu’à 264 mètres! Selon les données, la profondeur de la plongée des manchots serait liée à la position de la thermocline, une couche d’eau comprise entre la surface de l’océan et les régions abyssales ainsi qu’à la distribution des proies.

Après une période d’environ 5 ans, les manchots empereurs – qui ne sont plus du tout petits – reviennent à leur lieu de naissance pour s’y reproduire. Ces connaissances sur le périple du manchot empereur pourraient permettre de mieux prévoir comment ces populations de grands oiseaux réagiront aux changements climatiques futurs.

 

Publicité

À lire aussi

Sciences

Dorsétiens: la fin d’un peuple nordique

Seuls des gravures dans la roche, d’anciennes fondations et quelques artéfacts témoignent du passage dans le Nord du Canada des Dorsétiens, un peuple disparu. Qui étaient-ils ?
Annie Labrecque 27-06-2019
Sciences

1 saucisse canadienne sur 5 est frauduleuse

Le contenu réel des saucisses achetées au supermarché pourrait vous surprendre, rapporte une étude canadienne.
Maxime Bilodeau 10-08-2017
Sciences

L’ADN comme vous ne l’avez jamais vu

Des chercheurs américains ont modélisé l'ADN au coeur de nos cellules pour mieux comprendre son enroulement.
Marine Corniou 31-07-2017