Publicité
Sciences

Jour après jour, mois après mois

23-11-2012

Le monde est-il en fin de course? Tout dépend du calendrier! Ce prodige de l’astronomie ancienne et des mathématiques, qui nous a permis de dompter le temps, a connu bien des formes et des réformes. Retour sur une découverte remarquable.

Calendrier
L’un des tout premiers calendriers remonterait à plus de 25 000 ans. Il s’agirait de bois de rennes comportant des encoches trouvés en Dordogne dans le sud-ouest de la France. On y reconnaît les phases de la lune. D’ailleurs, à peu près tous les calendriers qui vont suivre s’inspireront des astres pour mesurer le temps. Mais voilà, rien n’est simple dans le cosmos et aucun cycle lunaire, solaire ou terrestre n’est parfaitement régulier, ce qui compliquera bien des choses.

Le calendrier d’aujourd’hui est ainsi le résultat d’idées glanées çà et là auprès des autres civilisations au fil des siècles. Le découpage de la journée en 24 tranches de une heure est emprunté aux astronomes de Babylone qui divisaient le jour en 2 fois 12 heures, peut-être parce que une année solaire correspond à peu près à 12 cycles lunaires (une lunaison dure en moyenne 29,53 jours). Les Babyloniens, qui comptaient sur une base sexagésimale, trouvaient sans doute également commode de pouvoir diviser 60 par 12.

En revanche, c’est aux Romains que nous devons de faire débuter notre journée à minuit. Les juifs, les musulmans et les Chinois préféraient qu’elle commence au début de la nuit, tandis qu’en Égypte ou en Inde, on réservait cet honneur au lever du soleil.

Même si 24 heures font une journée, ces heures ont longtemps été d’une durée «inégale». Seule l’heure de midi, lorsque le soleil se trouve au zénith, restait immuable. En été, les 12 heures de la journée étaient plus longues que les 12 heures de la nuit et, en hiver, c’était l’inverse. Cette méthode des heures élastiques convenait parfaitement à la population dont l’activité était jadis régie par la présence ou non de lumière. Les astronomes, eux, préféraient les heures égales, beaucoup plus précises et pratiques. Ce n’est qu’au XIIIe et au XIVe siècle, avec l’apparition de l’horlogerie, que les heures se trouvèrent progressivement «égalisées».

En tant qu’étalons pour mesurer le temps, la lune et le soleil ont rivalisé auprès des différentes civilisations. Certaines, comme celle des Mayas, ont choisi l’astre du jour. Mais la plupart des premières sociétés organisées ont jeté leur dévolu sur l’astre de la nuit. En Chine, en Grèce, en Mésopotamie et dans l’Empire romain, le calendrier est lunaire.

Lire la suite dans notre numéro de décembre 2012

Illustratrion : Fréfon

Publicité

À lire aussi

Les 10 découvertes de 2017

[4] Probiotiques forestiers

Écologie | Isabelle Laforest-Lapointe - UQAM
Laurie Noreau 04-01-2018
Sciences

L’intelligence des oiseaux

De plus en plus d'études révèlent que les oiseaux sont intelligents, bien plus que ce que l'on pensait.
Marine Corniou 21-07-2015
Sciences

Paresseuse comme une fourmi

Des travailleuses infatigables, les fourmis? Pourtant, la moitié d’entre elles se tournent les pattes et sont de vraies fainéantes.