Publicité
Sciences

La cuvée 2017 des Ig Nobel: du chat mou au didgeridoo

15-09-2017

Le 14 septembre se déroulait la remise des prix Ig Nobel à l’université Harvard, où l’on souligne chaque année des recherches scientifiques qui font rire, mais ultimement réfléchir. Enfin, on l’espère! Voici nos préférés.

Vous souffrez d’apnée du sommeil? Des chercheurs suisses remportent le Ig Nobel de la paix pour avoir remarqué qu’en jouant régulièrement du didgeridoo, un long instrument en bois, les participants souffrant d’apnée voyait réduire leur somnolence pendant le jour ainsi que ronflements et apnée du sommeil pendant la nuit (leurs partenaires pouvant aussi dormir en paix!). La pratique de cet instrument, qui demande beaucoup de souffle, renforcerait les muscles des voies respiratoires.

Des photos de chats qui semblent se mouler parfaitement à l’intérieur de vases et d’éviers ont inspiré à un chercheur français cette drôle de question : Est-ce qu’un chat peut être à la fois un solide et un liquide? Son analyse lui a ainsi valu le Ig Nobel de physique. Selon lui, les chats semblent un modèle tout indiqué pour mieux étudier la mécanique des fluides…

Un chercheur britannique, qui obtient le Ig Nobel d’anatomie, s’est demandé quant à lui pourquoi les hommes âgés ont de grandes oreilles. Dans son étude, publiée en 1995 dans le British Medical Journal, il a mesuré les oreilles de 200 hommes âgés et a constaté qu’elles s’allongeaient de 2 mm par décennie vers l’âge de 30 ans. Les femmes aussi, mais puisque les oreilles des hommes sont plus visibles avec la calvitie, on tend à le remarquer davantage.

S’il vous venait l’idée d’aller jouer au casino, des scientifiques australiens vous suggèrent d’éviter le contact avec un crocodile vivant avant d’y aller (!) afin d’éviter les pertes monétaires. Gagnants du Ig Nobel d’économie, les chercheurs expliquent que l’excitation causée par la manipulation d’un petit crocodile d’un mètre amènent les personnes ayant déjà des problèmes de jeu à parier des montants plus élevés… et incidemment perdre plus au final.

Dégoûté par l’odeur du fromage? Les récipiendaires de l’Ig Nobel de médecine ont identifié les circuits neuronaux impliqués dans cette aversion au fromage (bleu, de chèvre, Gruyère…) grâce à une technique d’imagerie (IMRf) en comparant le cerveau de participants qui aiment en manger à la matière grise de ceux qui le détestent.

Pour voir la liste complète des gagnants: Improbable Research.

Pour voir la liste des lauréats de 2016, c’est ici!

 

Publicité

À lire aussi

Les 10 découvertes de 2013

[5] Le gène qui fait mal au coeur

Au terme d'une immense enquête génétique, on a pu décoder les mécanismes à l'origine d'une grave maladie du c'ur, la sténose aortique. À la clé? L'espoir d'un traitement préventif.
Marine Corniou 26-11-2013
Sciences

Le système immunitaire, ce livre ouvert

Les agents infectieux ont façonné notre système immunitaire tout au long de son évolution. Luis Barreiro s’intéresse à cette relation de longue date entre les pathogènes et l’humain.
Maxime Bilodeau 14-03-2018
Les 10 découvertes de 2009

L’essence du futur

Si la voiture de demain roule à l’hydrogène, la pile à combustible sans platine inventée au Québec pourrait être très convoitée.
Dominique Forget 27-04-2010