Publicité
Sciences

La morue, une exception génétique

23-09-2011

Après avoir suscité l’engouement des pêcheurs pendant des siècles, les morues captivent désormais les généticiens!

En séquençant le génome de la morue de l’Atlantique, des chercheurs de l’université d’Oslo, en Norvège, se sont aperçus qu’elle possédait un système immunitaire hors du commun.

Contrairement aux autres vertébrés, ce poisson savoureux ne possède pas de gènes MHC II, que l’on croyait indispensables pour déclencher une réponse immunitaire en cas d’infection bactérienne. Si la morue est capable de se défendre, c’est qu’elle porte en revanche 10 fois plus de gènes MHC I que les autres espèces de poissons, et que nous, les humains.

Ces gènes, qui ne servent habituellement qu’à combattre les virus, auraient évolué chez la morue pour compenser l’absence de MHC II, de telle sorte qu’ils puissent aussi lutter contre les bactéries.

Pour les chercheurs, la surprise est totale: c’est la première fois qu’une telle «exception » immunitaire est observée dans le règne animal, prouvant que les défenses naturelles sont beaucoup plus adaptables que ce que l’on pensait. Cette adaptation évolutive de la morue aurait pu être avantageuse pour lutter contre les bactéries des mers froides. La morue, modèle de lutte contre les infections?

Publicité

À lire aussi

Sciences

L’huile d’olive et son histoire millénaire

L'huile d'olive a une histoire riche. Un spécialiste raconte la découverte d'une ancienne huilerie grecque.
Martine Letarte 27-10-2016
Sciences

Serge Payette est nommé « Scientifique de l’année » de Radio-Canada

Il avait déjà reçu en 2012 le Prix Marie-Victorin, un des prestigieux Prix du Québec. Mais la publication du premier tome de sa monumentale "Flore arctique du Québec et du Labrador" en 2013 lui a valu cette semaine d'être sélectionné comme scientifique de l'année par la Société Radio-Canada.
Pierre Sormany 17-01-2014
Sciences

Les pouvoirs cachés des plantes

Les végétaux communiquent entre eux pour repousser un ennemi; ils partagent les ressources pour survivre et seraient même capables de prendre des décisions. De quoi changer radicalement notre vision du monde végétal.
Annie Labrecque 29-03-2018